Sony présente enfin les specs de la PS5

3
1747

Sony a tenu une vidéo conférence sans public hier à 17h. Cette présentation est celle qui aurait due être montrée à la GDC (Game Developer Convention) et concerne bien évidemment la PS5. Elle a été très suivie, notamment par les gamers, et beaucoup ont été déçus du contenu, trop peu accessible. Mais il ne faut pas perdre de vue que le contenu de la GDC est forcément un contenu très technique, orienté vers les dev et les techos. Ce n’est pas taillé pour le gamer moyen sur Playstation, qui connait très peu la technique.

1 – Le SSD

Et en substance, qu’ont-ils montré ? Le premier point sur lequel Sony a mis l’accent, c’est que « la puissance ne fait pas tout », qui est la phrase type du constructeur qui sait que sa console est moins puissante que celle d’en face. Ils ont par contre énormément mis l’accent sur le SSD customisé présent dans la PS5. Ce SSD offre un débit de 5.5 Go/s (contre 2.4 Go/s pour la XBox Series X). Et, comme pour la concurrence, une compression peut augmenter le débit de sortie.

Donc premier point gagnant pour Sony : son SSD est plus rapide. Sur les jeux optimisés (et uniquement ceux-ci) les temps de chargement pourront être plus courts. Sony affirme également que la grande vitesse de son SSD permet aux développeurs de ne charger en mémoire que ce dont le jeu a besoin de manière imminente. Ce qui permet de diminuer l’occupation mémoire (encore une fois si le jeu est optimisé pour).

Stockage rapide mais réduit :

Par contre, la contrepartie est que la capacité de stockage est de 825 Go sur la PS5 contre 1 000 Go pour la XBox Series X. Avec des jeux pesant entre 100 et 200 Go chacun, on arrivera vite au bout. Et c’est là que Sony propose un système d’extension mémoire assez différent de ce que propose Microsoft sur sa XBox Series X. Sony propose un slot M.2 NVME sur lequel vous pourrez mettre n’importe quel SSD NVME que vous souhaitez… ou presque. Car Sony va ériger une liste de SSD compatibles. Si votre SSD n’est pas dans cette liste, il ne fonctionnera pas, tout simplement.

Pourquoi ? Car ils souhaitent que les jeux puissent tirer partie dès leur conception d’un stockage ultra rapide. Et que les jeux PS5 soient conçus autour de cette logique (jeux sans chargement quand on avance, donnée mise en RAM si besoin lorsqu’on tourne la tête…). Microsoft a pour rappel fait quelque chose de plus radical : un slot SSD propriétaire, dans lequel les performances ne varieront donc pas d’un SSD à l’autre.

Dans tous les cas, la logique des jeux semblent être la même que Microsoft : vous avez le droit de jouer aux jeux next gen uniquement sur SSD. En effet les stockages externes via USB ne permettront que de transférer les jeux ou alors de jouer aux jeux d’ancienne génération. Mais on parlera de la rétrocompatibilité tout à l’heure.

2 – CPU et GPU

Voilà maintenant le cœur du sujet. Sony et Microsoft ont conçu avec AMD une sorte de SoC customisé pour leur console. Et les approches ont été différentes.

Côté CPU, c’est assez similaire puisque l’on retrouve 8 cœurs Zen2. On n’a pas encore d’info sur la présence de SMT ou non. Le GPU quant à lui n’est pas le même : ils utilisent tous deux l’architecture RDNA2 d’AMD mais le GPU de la SX possède 52 CU (donc 3328 SP) tandis que celui de la PS5 en possède 36 (donc 2304 SP).

Attention cependant, l’architecture RDNA2 du GPU de la PS5 et la Xbox Series X est très différente de GCN/Polaris. La PS5 a le même nombre d’unités de calculs que la PS4 Pro, mais celles-ci sont bien plus efficaces.

Une histoire de Boost :

La différence majeure est au niveau de la fréquence, puisque Sony a choisi une fréquence dynamique de type Boost, qui permet au GPU de monter plus haut si le jeu ne tire pas trop sur le CPU et vice-versa.

Dans la pratique cela permet à Sony de cadencer son CPU à 3.5 GHz en max-Boost sur la PS5 contre 3.6 GHz en permanence sur la Series X. Le GPU de la PS5 ira en pointe à 2.23 GHz contre 1.825 GHz sur la Xbox Series X. Notez que ces fréquences très élevées sont difficilement atteignables par les GPU AMD actuels en RDNA1 (comme la RX 5700 XT).

Ce qui permet à Sony d’obtenir 10.3 TFLOPs en pointe (et moins en moyenne). C’est à comparer aux 12.15 TFLOPs constants sur la Series X. La comparaison fait mal.

Par contre la logique du Boost implique que les développeurs vont subir ce côté dynamique. Ils ne doivent pas trop charger les unités de calcul pour qu’elles restent à une grosse fréquence. Il est probable que la fréquence nominale soit bien inférieure à cette fréquence de 2.23 GHz, que l’on très extrêmement élevée, ce qui amène à des TFLOPs réels plutôt autour de 9.

Sony a défendu son point de vue en disant que plus de CU n’amène pas toujours de meilleures performances. En effet on peut avoir du mal à tous les alimenter en instruction. C’est vrai. Mais ce qu’ils ne disent pas est que dans la cas de Raytracing, ces CU en moins risquent de cruellement manquer.

3 – La RAM

Sony a opté pour 16 Go en G-DDR6 à 14Gbps, comme Microsoft. Alors, match nul, on passe à la suite ? Pas vraiment.

Car côté Sony on a choisi une architecture symétrique de la mémoire (8 puces de 2 Go) sur un bus de 256 bits. Cela lui permet d’atteindre 448 Go/s en bande passante mémoire. Côté Xbox, ils ont eu une approche plus « tordue », avec 10 puces mémoires (6 de 2 Go et 4 de 1 Go). Donc un design asymétrique et tous les soucis que cela comporte. La mémoire est donc en quelques sortes coupées en deux parties : ici 10 Go et 6 Go. Ainsi les 10 premiers Go sont interfacés en 320 Bits (donc bande passante de 560 Go/s) alors que les 6 derniers Go seront interfacés en 192 bits donc 336 Go/s.

4 – Le son

Sony a accès une grande partie de sa conférence sur le son, comment le capturer et comment le modifier pour qu’il retranscrivent mieux la réalité. Ils appellent cela l’audio 3D. À voir ce que cela donnera, mais pour le moment cette technologie ne fonctionnera que sur les casques. Ils comptent ajouter cela sur les systèmes Home Cinéma un peu plus tard. C’est à opposer au Raytracing Audio + Dolby Atmos de chez Microsoft.

5 – la rétro-compatibilité

En effet la PS5 sera rétrocompatible PS4, mais au cas par cas. Pour l’instant Sony travaille sur les 100 jeux les plus joués en nombre d’heures (donc FIFA, Call of Duty, FIFA, Fortnite, Call of Duty…) les autres venant par la suite. Ceux qui espéraient une rétrocompatibilité systématique de l’ensemble du catalogue comme on peut le voir côté Series X en sont pour leurs frais.

Et il semblerait qu’il n’y ait pas de rétro-compatibilité PS3… Alors que Microsoft propose une rétro-compatibilité sur XBox 360, et même quelques titre de XBox.

6 – Et le reste ?

Il n’y a pas vraiment de reste. Sony n’a présenté ni sa manette, ni le design de sa console, et encore moins le prix. Tout juste est mumuré un « fin d’année 2020 » pour la console. Espérons que le calendrier soit tenu.

On peut noter également qu’à aucun moment Sony n’a parlé de FPS, alors que c’est primordial dans l’expérience de jeu. On peut penser qu’ils évitent le sujet car ils restent en 60 FPS quand Microsoft promet des pointes à 120 FPS.

Voici un petit récapitulatif des spécifications :

 

 

Contenu en rapport

S’abonner
Notifier de
guest
3 Commentaires
Newest
Oldest Most Voted
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Jack
Jack
19 mars 2020 21 h 18 min

Ce qui devrait le plus inquiéter les futurs acquéreurs de la PS5 sont les prix des SSD NVMe gen 4 de ~1To (oui l’OS chez Sony bouffe plus de 100Go)

Actuellement ce genre de ssd se déniche à plus de 230euro pièce, oui l’achat de masse fait baisser le prix mais quand même, si la possibilité existe d’en mettre un 2ème il faudra rallonger plus de 200euro en plus du prix de la console :/

si l’on rajoute manette supplémentaire et le futur kit 3D, on dépassera allégrement les 1’200euro……….

savage
savage
23 mars 2020 13 h 38 min
Répondre à  Jack

Combien coûte une Elite 2 pour Xbox ? 180€ minim Les manettes Haptiques auront une technologie (et probable ergonomie) supérieure, pour le même coût ? ça serait OK. Une manette sera fournie dans le pack. Et pour une deuxème manette (de dépannage) les dualshock 4 sont compatibles. Si besoin d’une extension SSD, les coûts pourraient descendre rapidement sous les 200€. Combien coûteront les cartes SSD de Microsoft ? Pas moins de 150€ c’est certain. Le téléchargement pour PS5 permettra de prendre le solo et/ou multijoueurs. Et contrairement à ce que dit l’article, on pourra lire les jeux PS4 à partir… Lire la suite »