Test : DeepCool CL500

1

L'intérieur du CL500

L’intérieur du CL500 :

Pour passer à l’intérieur du CL500, rien de plus simple : on retire les panneaux latéraux. Ces derniers étant maintenus par un système d’aimants, on n’aura qu’à les écarter, c’est aussi simple que cela. D’ailleurs, si cela pouvait être aussi simple sur tous les modèles…

Le châssis :

À l’intérieur, on constate que DeepCool opte pour un agencement classique, à savoir : carte mère dans le haut, alimentation dans le bas. Étant au format moyen tour, on pourra y installer des cartes mères au format ATX, micro-ATX et mini-ITX sans soucis. 

Sinon, le passage des câbles ne devrait pas être des plus compliqués puisque de nombreuses ouvertures sont présentes. Trois passages (avec caches) sont présents sur la droite de la carte mère, trois autres sont aussi de la partie dans le bas ainsi que dans le haut. 

Pour finir, le fidèle cache-alimentation répond toujours présent et se chargera de masquer la cage disque dur… En plus de servir de réserve de câble inutilisés. 

Les emplacements de stockage :

Pour le stockage, DeepCool opte pour une solution standard avec quatre emplacements au total. Ainsi, nous aurons une cage disposant de deux paniers en acier pour les unités 3.5″/2.5″. Ces derniers seront maintenus par une simple vis. Sinon, on retrouve deux platines à destination des unités 2.5″ positionnées à l’arrière du plateau de la carte mère. Ici aussi, nous avons une petite vis pour assurer leur maintient.  

L’emplacement de l’alimentation :

DeepCool CL500

On termine maintenant tout en bas du boîtier avec l’emplacement de l’alimentation. Contrairement à certains modèles (parfois plus haut de gamme), DeepCool met à disposition de petits plots en mousse afin d’atténuer les vibrations. En revanche, pour le pourtour, ça sera acier contre acier. 

Les possibilités de refroidissement :

Avant de voir ce que l’on peut installer à l’intérieur de ce modèle, voyons ce qu’il propose en sortie de carton. En optant pour un CL500 vous retrouverez un seul ventilateur de 120 mm installé à l’arrière, en extraction. De notre côté, on pense que DeepCool aurait pu faire un petit effort en augmentant le nombre de ventilateurs fournis de base. Pour un modèle orienté flux d’air (dixit le constructeur), c’est dommage… 

Concernant les possibilités de refroidissement, ce modèle nous permettra de déployer jusqu’à trois ventilateurs de 120 mm en façade, deux autres dans le haut et un petit dernier à l’arrière. La compatibilité avec les moulins en 140 mm sera moins importante avec la possibilité d’installer deux ventilateurs en façade seulement. 

Côté watercooling, c’est en façade que l’on pourra installer les plus gros radiateurs avec des modèles allant jusqu’au 360 mm/280 mm maximum. Vous l’aurez compris, dans le haut, on sera limité à un radiateur en 240 mm maximum et on termine en 120 mm à l’arrière du boîtier. 

Enfin, sachez que pour l’aircooling, vous avez un espace de 165 mm. Ainsi, une bonne quantité de dissipateurs aircooling pourront passer à l’intérieur de ce CL500. Par ailleurs, n’espérez pas installer les plus gros modèles tels que les Cryorig R1 par exemple. 

Le bundle :

DeepCool CL500 bundle

Pour ce qui est des accessoires présents avec le boîtier, nous avons :

  • Une notice de montage
  • Une petite carte de garantie
  • Un sachet refermable contenant la visserie
  • Une dizaine de colliers en nylon
  • Deux équerres en acier
  • Des patchs en mousse

Le bundle du boîtier va à l’essentiel tout en restant généreux sur les colliers en nylon. Il n’est pas rare de voir des boîtiers arriver avec deux ou trois colliers comme le Scorpion III de Chieftch par exemple. Sinon, on retrouve quelques éléments mystérieux comme les patchs en mousse ou encore les deux équerres en acier. À ce sujet, inutile de chercher une réponse dans la notice, cette dernière n’indiquant rien sur l’objectif de ces éléments. 

Après un bref contact auprès de la marque, il s’avère que les équerres servent de sécurité enfant. Ces dernières se vissent sur les côté du boîtier et empêchent l’ouverture des panneaux. Les patins en mousse quant à eux, évitent que les équerres ne rayent les panneaux ainsi que votre carte graphique en se collant sur ces différents éléments ainsi que le support GPU

Les petits détails :

Malgré une ventilation qui mériterait d’être complétée de série, le CL500 propose un équipement plus qu’intéressant de base. Ce modèle met donc en avant un hub capable de gérer jusqu’à quatre ventilateurs PWM. De quoi délester votre carte mère en prise fan.

Autrement, le câblage ne devrait pas être une grosse corvée puisque l’on retrouve aussi quelques bandes velcros. L’objectif de ces dernières est de faciliter le plaquage des câbles à l’arrière du boîtier. Un accessoire indispensable d’autant que les panneaux sont maintenus par un système d’aimant. 

Enfin, on termine par un support pour carte graphique, un accessoire que nous n’avions pas vu depuis le test du P120 Crystal de Antec. Après, depuis ce test, des boîtiers, nous n’en avons pas passé des masses, mais quand même !

DeepCool CL500 nu

En résumé :

Après ce petit tour à l’intérieur, le CL500 est un boîtier qui propose un équipement intéressant. Nul doute que le hub fan, le support de carte graphique ou les bandes velcros pour le câblage sont un argument de poids. Par ailleurs, pour un modèle orienté flux d’air, nous sommes quelques peu déçus que DeepCool n’intègre pas de ventilateur en façade. Idem, nous aurions aimé avoir une notice plus explicite sur l’objectif de certains éléments présents en bundle

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Newest
Oldest Most Voted
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Vertex
Vertex(@vertex72)
18 août 2020 9h55

Superbe test !
concernant la compatibilité watercooling, il y a comebien d’espace entre le haut du boitier( fix 240mm) et le haut de la carte mère ? et aussi pour fixer une pompe ca donne quoi ? ya de quoi faire sans percer ?