Test : Corsair K70 Pro Mini Wireless

0

Test

Passons maintenant au test de ce Corsair K70 Pro Mini Wireless. Nous l’avons mis à l’épreuve dans à peu près tous les scénarios : jeux vidéo, bureautique, etc…

La prise en main du K70 Pro Mini Wireless

Finalement, ce que nous allons dire ici ne diffère pas beaucoup de ce que l’on pouvait dire des K65 RGB Mini, SK622 ou autre CK721. Étant donné qu’un grand nombre de touche sont absentes en vu d’améliorer la compacité, vous vous en doutez, un grand nombre de fonction sont doublées. Ainsi, qu’il s’agisse de fonctions multimédias, des fonctions de navigation ou autre, il faudra systématiquement passer par un raccourci FN + quelque chose. Encore une fois, c’est un pli à prendre et surprenamment, on s’y fait assez vite.

Corsair K70 Pro Mini Wireless

Toutefois, le layout plus traditionnel du clavier de Corsair peut être dommageable face à un SK622 qui a su conserver ses flèches directionnelles. Honnêtement, je le trouve plus pratique pour des travaux de rédaction. Idem pour la touche Suppr. du clavier Cooler Master qui reste présente. Ici, sur ce K70 Pro Mini Wireless, on se retrouve à devoir faire un combo à base de FN backspace.

Étant sans fil, ce modèle intègre donc une batterie, mais également un témoin quant à la charge de cette dernière. Le témoin en question est disponible via un raccourci FN + entrée qui se mettra à clignoter de telle ou telle couleur en fonction de son niveau de charge. Ainsi, un vert persistant : charge complète, puis il clignotera pour une charge élevée. Lorsque la batterie atteindra une autonomie moyenne, la diode passera à l’orange. Enfin, en cas de faible charge, elle clignotera en rouge pour devenir rouge pulsant en cas de charge critique.

Bien sûr, ce format 60% facilite grandement les déplacements puisque le clavier tiendra aisément dans une sacoche de PC portable par exemple. Le câble USB Type C facilitant la manœuvre puisqu’il suffit simplement de le détacher pour embarquer son clavier. Attention simplement au manchon du câble puisque tous les cordons ne sont pas compatibles. Avec le câble d’origine, pas de soucis, mon câble USBNZXT ne permet pas de le brancher, le manchon étant trop gros…

Attention également lorsque vous saisirez le clavier puisque sa tranche arrière biseautée ne facilite pas la prise en main, le clavier ayant tendance à glisser facilement… Surtout avec les pattes de surélévation rabattues.

Pas besoin de logiciel ? 

L’autre aspect intéressant de ce petit clavier est qu’il peut se passer totalement de logiciel pour fonctionner. À l’instar des modèles de chez Cooler Master, vous aurez la possibilité d’enregistrer les macros à la volée. Mais ce n’est pas tout puisqu’il sera également possible changer le mode d’éclairage, etc. Cependant, via iCUE, on pourra aller plus en profondeur et gérer davantage de profiles, sans logiciel, il faudra se contenter des profils dits « Hardware ».

Bluetooth : simple à utiliser !

Contrairement au SK622 de Cooler Master, ce petit K70 Pro Mini Wireless veut bien se connecter à mon PC principal en Bluetooth. Pour ce faire, la manipulation est simple puisqu’il faut se mettre en mode appairage sur l’un des trois profils du clavier. Pour cela, on maintiendra le combo FN + T/Y/G quelques secondes jusqu’à ce que la touche se mette à clignoter en bleu. Ensuite, via les paramètres Bluetooth du PC, on se mettra en ajout d’appareil, un petit code à taper et voici le clavier connecté. Notez que ce modèle signé Corsair permet une connexion avec trois appareils différents. Et si vous souhaitez repasser en 2,4 GHz, il suffit de faire FN + TAB.

Pour aller plus loin :
Test : Corsair Vengeance RGB 6400 MHz CL38 DDR5

D’ailleurs, puisque nous y sommes, parlons rapidement de l’autonomie de ce clavier qui est très bonne. De notre côté, nous avons calculé une durée de vie de 26h30 avec un éclairage RGB en jaune fixe en passant par le récepteur 2,4 GHz. Cela nous fait quasiment une semaine de travail sans avoir à brancher son clavier, plutôt intéressant !

Les commutateurs :

Le choix des commutateurs reste malgré tout très classique puisque Corsair continue de se fournir chez Cherry. Ainsi, notre version arrive avec les MX Red de la marque allemande et offrent donc une sensation de frappe linéaire. Pour ce qui est des caractéristiques, ils nécessitent une force de 45 g pour l’activation sachant que le point d’accentuation se situe à 2 mm sur une course totale de 4 mm.

Face à du Gateron, que nous avons particulièrement apprécié sur le Function MiniTKL de NZXT, il sont un tout petit peu plus rugueux à la descente. Au niveau du bruit, on percevra plus facilement la résonnance liée au ressort, ce que nous n’avions pas avec le clavier de NZXT.

Cependant, si les sensations de frappe linéaire ne vous plaisent pas, vous pouvez toujours changer les commutateurs. Pour cela, on se muni du keyswitches puller et on les remplace par des interrupteurs qui nous conviennent mieux. Attention en revanche, il faudra opter pour des switches à trois broches et non cinq comme les Gateron par exemple. À ce niveau, nous remercions Corsair d’opter pour des commutateurs amovibles, cela permet de personnaliser le clavier à notre convenance. À titre personnel, je remplacerai bien les MX Red par des MX Black bien plus dur et moins sensibles.

Le bruit :

En ce qui concerne le bruit, nous avons quelque chose d’assez maîtrisé avec un son plutôt adoucis. En tout cas, le bruit est plus doux que ce que l’on pouvait avoir avec le Function MiniTKL de chez NZXT, la version non custom, équipé de commutateurs Gateron Red.

Cependant, une chose agace assez rapidement, mais là, ce n’est la faute de Corsair puisque cela provient des switches en eux-mêmes. En effet, si vous tendez quelque peu l’oreille, vous distinguerez une résonnance métallique. Oui, ce sont les ressorts des interrupteurs qui émettent ce son strident. Ce bruit reste nettement moins présent que sur le XTRFY K4 en Kailh Red, mais plus que sur le clavier de NZXT équipé de commutateurs analogues.

Le RGB :

La partie éclairage éclairage est plutôt convaincante bien qu’elle ne ressortira pas des masses. La plaque de couche du clavier étant noire, tout comme les touches, ces dernière ne ferons pas particulièrement ressortir l’éclairage. Cependant, les keycaps étant en PBT double injection, le lettrage sera éclairé contrairement à celui du clavier custom de NZXT.

Néanmoins, on pourra noter un petit extra qui prend la forme d’un petit liseré lumineux entourant la base du clavier. Ce dernier projettera une lueur douce sur le bureau ou votre tapis de souris.

S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires