Test : Roccat Kone Pro & Kone Pro Air

0
362

Test

Il est temps de prendre en main les nouvelles Kone Pro de Roccat et de vous donner nos impressions à leur sujet. Nous les avons utilisé pendant des parties de jeux vidéo ainsi qu’en navigation et bureautique plus classique. Qu’en avons-nous pensé ? Réponse maintenant !

La prise en main :

Positions-Mains-Palm-Claw-Fingertip-Grip

La prise en main de cette Kone Pro/Kone Pro Air est assez guidée par rapport à d’autres modèles. En effet, le pouce vient immédiatement se poser dans le renfoncement prévu à cet effet. Dans le même ordre d’idées, l’index et le majeur viennent se poser de part et d’autre de la molette. L’annulaire et l’auriculaire, quant à eux, viennent naturellement se poser sur le côté droit de la souris. Ici, nous n’avons pas affaire à une souris ambidextre comme la souris de Thermaltake. Elle est clairement prévue pour les droitiers.

À l’usage, il est déroutant de constater que sur ce nouveau modèle de Roccat, nous n’avons pas de bouton pour gérer le niveau de DPI de la souris. En effet, pour ce faire, il sera obligatoire de téléchargement le logiciel de gestion de la marque.

Les deux souris de Roccat sont plutôt légères et grandes au niveau du format. Effectivement, la Kone Pro pèse pèse 66 g contre 75 g pour la Kone Pro Air. On est donc sur du poids plume comme la Model O Wireless (69 g) ou bien la Katar Pro XT (73 g) et la Sabre Pro (69 g). On est donc bien sur la tendance du moment des souris ultra légères. De manière générale, les souris sans-fils ont tendance à être déséquilibrées vers l’arrière. Ici, ce n’est pas le cas avec cette Kone Pro Air. Elle reste bien droite si on l’a soulève.

La Kone Pro et la Kone Pro Air pourront être utilisées en palm grip et en claw grip sans soucis. Le fingertip grip sera compliqué mais pas impossible selon la taille de la main de son utilisateur.

La marque a doté ces souris d’un revêtement tout doux et très agréable sur le dessus de sa souris. Un second revêtement rayé est présent des deux côtés pour une meilleure prise en main.

De plus, la molette de la souris est bien crantée, cela permettra d’éviter des ratés dans des jeux de type FPS par exemple. De même, son revêtement en aluminium accroche mieux aux doigts tout en rajoutant, indéniablement, un effet qualitatif.

Roccat Kone Pro

Roccat équipe ses deux souris d’un câble fin, léger et souple de 1,8 m. Ainsi, il ne bloque pas du tout nos mouvements à l’usage. Dans le même ordre d’idées, il n’est pas « lourd » à tirer et permettra de meilleures réactions au quotidien. C’est top !

Le RGB :

Sur la Kone Pro, le RGB est vraiment intéressant. Il se trouve sous les deux clics de la souris et se diffusent sous le plastique en prenant une forme de nids d’abeilles. L’intensité des lumières est très bonne et c’est assez rafraîchissant de découvrir ce système.

Pour des raisons de d’autonomie de batterie certainement, sur la version Pro Air de la nouvelle souris de Roccat, l’intensité est beaucoup moins forte que celle de la Kone Pro. C’est un peu dommage, car on a un peu l’impression d’être un peu en reste face à la version filaire de la souris.

Les couleurs sont plus ou moins fidèles. En effet, le blanc ressort blanc tandis que le jaune part un peu vers le vert clair. Ce n’est pas catastrophique en soi.

Le bruit des boutons de la Kone Pro :

Globalement, les nouvelles souris de Roccat sont relativement silencieuses. Elles se font vite oublier par l’entourage. Le bruit des boutons est assez matte. On est une nouvelle fois loin de la petite Harpoon de Corsair… Et du bruit des commutateurs Omron en règle générale.

On vous en laisse juge avec l’enregistrement ci-dessous (boutons latéraux en premier, clic gauche, molette, clic droit).

La glisse :

Grâce aux patins en PTFE, la glisse est très fluide. Et ce que ce soit sur bureau en bois, tapis de souris en tissu. Bien que la glisse soit encore plus fluide sur un tapis rigide tel que le MM1000 Qi de Corsair ou bien celui de Thermaltake. La glisse sur un tapis en tissu est légèrement freinée par le textile mais ce n’est pas gênant à l’usage. Par contre, attention si vous utilisez un tapis rigide, car les patins risquent de s’abimer plus vite que sur d’autres supports. C’est là que l’on apprécie la présence de patins supplémentaires dans le bundle de la Kone Pro et que l’on regrette leur absence dans la boîte de la Kone Pro Air, d’ailleurs, pourquoi ?

L’autonomie de la batterie :

Pour mesurer l’autonomie de la batterie, nous activons l’éclairage RGB sur l’intensité la plus forte, comme sur toutes les autres souris testées d’ailleurs. À ce sujet, notre philosophie est : « puisque c’est là, autant que ça serve ! ».

Au final, notre Kone Pro Air aura tenu près de 68,5 heures avec son RGB allumé. Nous n’atteignons donc pas les 100 heures annoncées par la marque. Attention, toutefois, car la plupart du temps les constructeurs donnent l’autonomie mais RGB éteint. Et effectivement, une fois celui-ci désactivé, on devrait pouvoir gagner un certain nombre d’heures d’autonomie. La nouvelle souris de Roccat fait mieux que ses anciens modèles. On se rappelle de la Kain 200 Aimo qui ne tenait « que » 45 heures. Et de manière générale, elle fait quasiment mieux que tout ses autres concurrents.

Autonomie Batterie - Roccat Kone Pro Air

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires