Test : MSI RX 5600 XT GAMING X

0
6172

Architecture, refroidissement et connectiques :

L’architecture :

Cette nouvelle venue dans la gamme AMD dispose d’u PCB assez proche de la RX 5700 proposée depuis plusieurs semaines par AMD. Cette RX 5600 XT se base sur Navi 10 et sur la nouvelle architecture proposée par AMD : le RDNA (Radeon DNA). Comme les modèles précédents, la finesse de gravure est de 7 nm et elle supporte la prise en charge du PCI-Express 4.0.

La puce Navi est dotée d’une surface de 251 mm². Cette dernière renferme près de 10.3 milliards de transistors dont 36 Compute Unit abritant 64 stream processors, ce qui nous fait 36 x 64, 2304 SP. On retrouve aussi 36×4 = 144 TMU (texture mapping unit). En réalité la seule différence (mais de taille !) face à la RX 5700 est la désactivation de 16 ROPS (on passe de 64 à 48) et l’amputation de 2 canaux mémoires (on passe de 8 Go en 256 bits à 6 Go en 192 bits).

En ce qui concerne le TDP, il grimpe à 180 W contre 150 pour le modèle de référence. Comme nous l’avons dit dans l’introduction, la fréquence mémoire reste celle d’origine et ne bénéficie pas du passage à 14 Gbps.

Le refroidissement :

Cette MSI RX 5600 XT fait partie de la série « Gaming X » dévoilée pour la première fois lors du lancement de la RX 5700 XT. MSI a fait du très bon boulot sur cette carte et ça se ressent dès que vous prenez possession de la carte. Elle en impose dans un premier temps par son poids qui est de 1402 g. La face avant joue sur des teintes noires, grises et rouges en faisant appel à des matériaux différents comme le plastique et le métal.

MSI a misé sur un design sobre mais rudement efficace. La carte a comme dimension, une longueur de 300 mm, une largeur de 60 mm pour une hauteur de 140 mm. Sur la face avant, deux ventilateurs de 98 mm TORX 3.0 sont chargés de tenir au frais le radiateur en contact avec la puce graphique ainsi que les différents composants du PCB.

Chaque ventilateur dispose de 14 pales qui ont été optimisées pour une dissipation plus efficace de la chaleur. MSI a recourt à la 7ème génération de sa technologie TWIN FROZR Thermal Design. Parmi ces technologies, on retrouve notamment le Zero Frozr qui permet de laisser les ventilateurs à l’arrêt lorsque la température est suffisamment basse.

Sur la tranche supérieure de la carte, on retrouve le seul élément bénéficiant d’un rétroéclairage RGB. Il s’agit d’une plaquette de couleur blanche sur laquelle on retrouve le nom de la marque, le dragon ainsi que le mot Gaming. Le rétroéclairage pourra être contrôlé et paramétré via le logiciel MSI Dragon Center.

Le radiateur :

L’imposant radiateur est composé de deux parties distinctes. L’une chargée de dissiper la chaleur de la puce graphique et d’apporter de l’air frais sur les puces mémoires. Celles-ci sont recouvertes d’une plaque de dissipation ainsi que de pads thermiques. La seconde partie se concentre sur les différentes phases de l’étage d’alimentation tout en ayant recourt aussi à différents pads thermiques.

Les puces mémoires ainsi que certaines puces du PCB sont recouverts d’un insert en aluminium dont le rôle est d’assurer la rigidité du PCB mais aussi et surtout d’optimiser le refroidissement en augmentant la surface de dissipation.

Le radiateur est traversé par cinq caloducs de 6 mm et un de 8 mm. Ils sont bien sûr en cuivre mais recouvert de nickel. La partie en contact avec la puce Navi est elle aussi en cuivre nickelé. On retrouve à l’arrière une backplate dont le rôle est de rigidifier le PCB mais aussi permettre une dissipation de la chaleur accumulée sur l’arrière de la carte. MSI a augmenté l’écart avec le PCB (3.3 à 3.85 mm) afin d’optimiser le refroidissement de l’arrière de celui-ci.

Les connectiques :

Pour alimenter la carte, deux connecteurs 8-pin se trouvent sur la partie supérieure de la carte. La carte dispose, au niveau des sorties vidéos de trois DisplayPort et d’un port HDMI.

Contenu en rapport

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires