Test : Cooler Master SK622

0

Test

Passons maintenant au test de ce Cooler Master SK622. Nous l’avons mis à l’épreuve dans à peu près tous les scénarios : jeux vidéo, bureautique, etc…

Le design du SK622 : 

Avec ce petit clavier, Cooler Master parvient à nous proposer un modèle sobre et aux lignes épurées. Clairement, il est loin d’être « typé gamer » et passera donc très simplement sur un bureau professionnel par exemple. Idem, si vous n’aimez pas le look pure joueur, vous serez certainement conquis par ce petit modèle.

Cooler Master SK622

À côté de ça, ce SK622 est à l’image du SK650 plat et low profile. Et c’est clairement ce que recherche la marque : à donner un côté clavier type PC portable, mais en mécanique. Comme nous vous le disions plus haut, ses commutateurs ainsi que ses touches plates aident bien à générer cette sensation.

Pour finir, la marque met l’accent sur l’éclairage, notamment grâce à un liseré RGB présent sous la plaque d’aluminium.

Bluetooth : ma carte mère ne veut pas du SK622 😥

La manipulation à effectuer pour basculer en mode Bluetooth n’est pas compliquée puisqu’il suffit de pousser le bouton latéral vers le haut. En suite, on maintient le bouton FN + W ou X ou C pendant quelques secondes le temps que le clavier passe en mode appairage. Par la suite, on ajoute un nouveau périphérique Bluetooth via les paramètres Windows. Enfin, on tape le code pin affiché et normalement ça fonctionne, notre clavier est connecté au PC…

Enfin oui, mais non, du moins, pas sur notre machine équipée d’une ASRock X470 Taichi pourtant compatible Bluetooth 4.2. Nous avons eu beau tenter de mettre à jour notre pilote Bluetooth, approcher le clavier au maximum le clavier des antennes, etc. rien n’y faisait. À chaque fois, nous avions le droit à des messages d’erreur : échec de connexion, allez savoir pourquoi. Le pire dans cette histoire, c’est qu’il a été parfaitement possible d’appairer le clavier à notre Xiaomi Redmi Note 9 Pro, à notre second PC de salon doté d’une B550 Strix-E ou sur un laptop HP ProBook sans le moindre encombre.

Pour le coup, nous ne pouvons pas juger de l’autonomie de ce modèle. Par ailleurs, au vu des deux batteries de 2000 mAh, nul doute qu’on ne doit pas avoir à le recharger toutes les trente secondes.

La prise en main :

Forcément, si vous passez d’un clavier 100% type 104 touches à celui-ci, un temps d’adaptation sera nécessaire. Par ailleurs, nous trouvons la transition plus simple que sur le K65 RGB Mini et pour cause, il a un pavé fléché. Sincèrement, cela ne paraît pas, mais dès qu’il faut naviguer lors d’une rédaction il est plus aisé d’appuyer directement sur les flèches que sur un raccourci type : FN + U, H, J, K comme sur le modèle de Corsair. Idem, ce petit SK622 dispose aussi d’une touche Suppr. au niveau du shift droit, qui a été scindé en trois touches pour l’occasion : shift, flèche du haut et Suppr.

Pour le reste, ce modèle propose un nombre de raccourcis tout simplement pléthorique. Entre les fonctions multimédia, les fonctions liées au clavier en lui-même (éclairage, macro, etc.), et la navigation (Début, Fin, Prt Sc), on passe notre temps à enfoncer la touche fonction… Mais c’est le jeu de ce genre de format nous direz-vous.

Pour aller plus loin :
Secret Lab MAGNUS : notre avis

Par rapport au SK650 testé il y a quelques années, Cooler Master améliore également la frappe avec ses nouvelles touches. Sur l’ancien modèle, ces dernières étaient toutes plates, sans réelles démarcations entre elles. En résultait de très nombreuses fautes puisqu’il était facile d’appuyer sur plein de touches à la fois. Ici, c’est de suite plus compliqué et c’est bien plus plaisant.

Les commutateurs :

Comme nous vous le disions en page deux de ce test, la marque opte, cette fois-ci, pour des commutateurs de chez TTC plutôt que Cherry. D’ailleurs, il devrait y en avoir pour tous les goûts puisque nous avons au choix des sensations linéaires avec les rouges, tactile avec les marrons et clicky (tactile et audible) avec les bleus. Ces switches rouges sont en réalité des « clones » de chez Cherry puisqu’ils « copient » les caractéristiques de la marque allemande.

Ainsi, nous avons des interrupteurs avec une course totale courte de 3,2 mm avec un point d’accentuation placé à 1,2 mm. Enfin, pour l’activation, une force de 45 g sera nécessaire. Sur le papier, ce sont les mêmes chiffre que Cherry. Mais y’a-t-il une différence à l’usage ?

Cooler Master SK622 switches

Pour le coup, on retrouve des commutateurs très sensibles, plus que leur homologues non low profile. Il va sans dire que dès que l’on dérape, ça y est, la frappe est prise en compte. Heureusement, que les nouvelles touches permettent de mieux les différencier les unes des autres. De plus, contrairement au modèle Cherry, le bruit de ressort n’est pas présent. Mais on vous fait écouter ça dans un instant.

Le bruit :

Au niveau des nuisances sonores, ce modèle s’avère particulièrement agréable à l’oreille. Comme vous pouvez l’entendre, le bruit généré par cette référence est matte et loin d’être désagréable. Idem, les touches longues : barre espace, retour chariot, backspace ne claquent pas trop fort et ne génèrent donc pas un bruit ultra désagréable, clairement pas.

De même, la chose que nous reprochions aux Cherry MX Red Low Profile, c’était le bruit de ressort omniprésent à chaque frappe, ici, ce n’est absolument pas le cas et c’est vraiment plaisant pour les oreilles. Bref, TTC fournit de bons commutateurs et nous sommes contents de les avoir découverts sur ce clavier.

Le RGB :

Sincèrement, l’éclairage du SK622 n’est pas le meilleur que nous ayons eu entre les mains. Du fait des nombreux raccourcis présents sur le clavier, les touches disposent de nombreux marquages et ces derniers ne seront pas tous éclairés lorsque le RGB sera en route. De même, par rapport à d’autres claviers, l’éclairage nous paraît un peu faiblard , nous avions eu de meilleurs résultats sur le SK650 par exemple. Enfin, le liseré lumineux placé sous la plaque en aluminium n’est pas des plus convaincants non plus puisque l’emplacement des LEDs est clairement visible laissant une zone plus sombre entre chaque.

Bref, parmi tout ce qu’offre ce petit SK622, disons que l’éclairage est le point le moins réussi.

Cooler Master SK622 éclairage

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires