Tuto : refroidissement liquide custom, ce dont j’ai besoin

2
2639

Logo montage d'un watercoolingBon, comme tout le monde, en cette période de confinement, c’est l’occasion de réaliser des projets que j’avais reporté depuis quelques semaines. Ayant l’opportunité de mettre à jour ma boucle de refroidissement liquide custom, j’ai trouvé intéressant de partager avec vous son montage. Cette nouvelle boucle va notamment me servir pour notre comparatif de waterblocks LGA2066.

L’idée est donc de vous proposer un tutoriel qui se composera de trois parties :

  1. Ce dont vous avez besoin pour concevoir un circuit de refroidissement liquide, c’est-à-dire les différents composants.
  2. Les petits plus, ces accessoires pas nécessaires mais qui peuvent se montrer très utiles dans votre boucle ainsi que lors de vos tests.
  3. Le montage de ma boucle de refroidissement qui me servira pour mes tests mais surtout pour le comparatif des waterblocks LGA2066.

J’en profite pour remercier EKWB pour son soutien sur une grande partie des composants. Allez, c’est parti, passons en revue les composants obligatoires pour monter une boucle de refroidissement liquide custom. N’hésitez pas à nous partager votre expérience dans l’installation de votre boucle de refroidissement custom dans les commentaires ci-dessous ou sur notre forum.

 

Les éléments indispensables :

Débutons avec les éléments indispensables dans la conception d’une boucle de refroidissement liquide dit « custom ». Le choix de ces éléments variera en fonction des composants qui équipent votre configuration. Vous devrez par exemple tenir compte du  socket de votre carte mère pour le waterblock CPU, de votre carte graphique pour un block GPU ainsi que de la taille de votre boitier pour le choix du radiateur ainsi que de la place disponible.

Les.s waterblock.s CPU/GPU

La première question à se poser lorsque l’on désire se mettre au watercooling est : « quels sont les composants que je veux tenir au frais ? » La plupart du temps, il s’agit de votre processeur mais vous pouvez aussi ajouter votre carte graphique. Le choix d’un waterblock se fera dans un premier temps en fonction du socket de votre carte mère. Pour une carte graphique, c’est le modèle et la marque de celle-ci qui seront pris en compte. Cette nouvelle boucle que je mets en place va me servir pour mes tests mais plus particulièrement pour le comparatif de waterblock LGA2066. L’un deux sera d’ailleurs le nouveau EK Quantum Magnitude.

Le modèle que nous avons réceptionné est une version « nickel + plexi ». Une fois le waterblock identifié comme compatible avec votre socket, sa finition est une histoire de goût. Le maze, c’est-à-dire le circuit interne, a été complètement modifié par rapport aux waterblocks précédents.  La surface de dissipation du waterblock a été augmentée de plus de 50% par rapport à la génération précédente. La base en cuivre dispose de micro-canaux de 0.40 mm de large et d’une épaisseur de 0.26 mm. De telles modifications permettent d’optimiser la dissipation thermique sans entraver le débit.

Le waterblock bénéficie d’une bande LED insérée au waterblock et composée de pas moins de 30 diodes adressables. En fonction de la finition du waterblock, l’éclairage se fera vers l’intérieur (plexi) ou l’extérieur. Au niveau de la connectique, celle-ci se fera via un connecteur D-RGB 5v 3 broches. Le prix de notre exemplaire est de 223.60 euros.

La pompe et le réservoir

Alors qu’il s’agit de deux éléments différents, il se retrouve de plus en plus souvent combiné en un seul produit. L’idée principal est de faciliter sa mise en place au sein du boitier et ainsi de gagner de la place. Nous avons donc opté aussi pour une pompe associée avec un réservoir. Notre choix s’est porté sur la nouvelle série EK Quantum Kinetic. Notre modèle dispose d’un réservoir de 200 mm de haut et d’un diamètre de 60 mm. Il existe aussi des versions de 300 mm dans le catalogue EK. L’avantage d’avoir un réservoir qui peut s’ouvrir est la facilité pour le remplissage ou l’appoint.

La pompe, un modèle D5 PWM G2, est une version améliorée de la Xylem D5. Il s’agit d’une pompe que l’on ne présente plus et qui a déjà largement fait ses preuves. La vitesse de cette dernière peut-être contrôlée soit par le bios soit par un connecteur dédié sur votre carte mère. Celui-ci porte souvent le nom de PUMP_FAN.

Ce modèle dispose aussi d’un rétroéclairage RGB adressable alimenté par un connecteur 5v. Au niveau de la base se trouve une entrée et une sortie et au sommet, nous avons trois entrée disponible. On peut aussi remarquer la présence à l’intérieur du réservoir d’un anti-cyclone dont le rôle est d’éviter la création d’un « cyclone » et de faciliter l’élimination des bulles d’air au sein de votre circuit liquide. Cette EK-Quantum Kinetic TBE 200 D5 PWM D-RGB – Acetal est disponible au prix de 182.93 euros.

Le.s radiateur.s

L’élément primordial pour dissiper la chaleur. Il est important lors du choix d’un radiateur de tenir compte de plusieurs éléments. Vous devez vérifier la compatibilité de sa taille ainsi que de son épaisseur avec votre boitier. N’oubliez pas également de tenir compte de l’épaisseur des ventilateurs ! C’est la raison pour laquelle EKWB propose cinq séries de radiateur.

Le radiateur EK-CoolStream XE 480

Notre choix s’est porté sur un un modèle haut de gamme, le EK CoolStream XE de 480 mm. Il s’agit d’un radiateur ayant comme dimension, 520 x 130 mm, pour une épaisseur de 60 mm. Ce modèle peut accueillir jusqu’à 8 ventilateurs de 120 mm, quatre d’un côté, quatre de l’autre. On peut ainsi imaginer un système push/pull afin d’augmenter les performances.

Il est composé d’ailettes et de tubes en cuivre le tout protégé par un carénage en acier et aluminium. Le EK CoolsTream XE 480 pèse 2.1 kg, dispose d’une contenance de 450 ml et est pourvu de 4 entrées/sorties disposant d’un filet G1/4. Il est actuellement affichés au prix de 142.31 euros.

Maintenant, en fonction de la taille de votre boitier, il est tout à fait possible d’en utiliser plusieurs, surtout si vous avez d’autres composants que le processeur à refroidir.

Le.s ventilateur.s

Les ventilateurs que nous avons reçu sont des modèles EK-Meltemi 120ER Black spécialement adaptés à notre radiateur CoolStream XE. Ces ventilateurs, basé sur les modèles EK-Vardar, profitent d’une pression statique élevée notamment à grâce à leur épaisseur de 38 mm. Le débit max annoncé est de 62 CFM (106 m³/h) pour une vitesse max de 1800 RPM.

Bien que nous ayons reçu 6 exemplaires, nous n’en utiliserons que 4 lors de nos tests afin de pouvoir contrôler leur vitesse grâce au contrôleur Phanteks. L’alimentation se fait par l’intermédiaire d’un câble gainé de 500 mm se terminant à son extrémité par un connecteur 4 broches PWM.

De plus, ils bénéficient d’une fonction « start/stop » permettant de les laisser au repos si leur utilité ne s’avère pas nécessaire. Le EK-Meltemi 120ER est vendu à 26.33 euros l’unité.

Les tuyaux et embouts

Ce sont les nouveaux embouts EK-Torque STC que nous avons reçu en version noire. Ils sont également disponible en finition nickel ou black nickel. Une de leur particularité est de pouvoir être customisé par l’ajout d’une bague de couleur. Plusieurs couleurs sont disponibles afin de s’accorder à votre carte mère par exemple. Ce type d’embout s’utilise uniquement avec du tuyau souple. Il existe des embouts particuliers pour ceux qui désirent se lancer dans une installation avec des tuyaux rigides. Sachez seulement qu’un montage avec des tuyaux rigides requiert des outils particuliers et s’avère plus compliqué pour un débutant.

En ce qui concerne le tuyaux, celui-ci devra être compatible avec la taille de vos embouts. Personnellement, j’affectionne les tuyaux 10/13 qui sont un bon compris. Il s’agit de modèles ayant un diamètre interne de 10 mm et externe de 13 mm. Libre à vous d’opter pour des versions transparentes, opaques voire noires.

Vous êtes presque prêts

Un petit conseil avant de commander votre matériel, dessinez le schéma de votre boucle de refroidissement sur une feuille. Cela va notamment vous permettre de compter les embouts dont vous avez besoin ainsi que les coudes à 45° ou 90°. Un élément à ne pas négliger non plus est le liquide avec lequel vous allez remplir le circuit. Oublier l’eau du robinet. Optez soit pour de l’eau déminéraliser soit pour un mélange tout prêt évitant ainsi l’arrivée d’algues après quelques semaines dans votre boucle de refroidissement !

Rendez-vous d’ici quelques jours pour vous parler de ces accessoires pas vraiment indispensables mais qui finalement se montre rudement utile ! N’hésitez pas à nous partager votre expérience dans l’installation de votre boucle de refroidissement custom.

Contenu en rapport

2
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
CornerJackLestdown Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de
Lestdown
Membre

Salut omf. Je partage mon expérience sur le watercooling avec vous…. Personnellement le custom de chaque éléments, (couleurs des raccords, vis, tuyaux…) montage rigide, souple et l’éclairage ext c’est vraiment super. Malheureusement ça à un coût mais si on peut se faire plaisir alors go. En revanche j’ai arrêté le watercooling car aujourd’hui il ne m’est plus indispensable. Par exemple il y a quelque année mon i7 2600k à 3,6 GHz était poussé à 4,8 ghz et la 780 msi lightning avec un bios flash pour atteindre 400w de puissance à 1,3 volt. A cette époque j’avais vraiment un intérêt… Lire la suite »