Test – Turtle Beach Vulcan II TKL Pro

0

Conclusion

Il est grand temps de passer à notre conclusion en ce qui concerne le Vulcan II TKL Pro. Alors, qu’en avons-nous pensé ?

La concurrence est rude !

Le Vulcan II TKL Pro de Turtle Beach est globalement un bon clavier. Effectivement, nous avons affaire à une référence qui se veut sobre et esthétique. De plus, ses finitions sont irréprochables, comme toujours chez les Vulcan. Cependant, l’esprit du clavier n’a que peu évolué depuis 2019, nous aurions peut-être apprécié voir un vent de nouveauté chez la marque.

En plus de cela, il est doté d’une plaque de couche en aluminium qui donne un bonne allure au tout et qui donne bon espoir pour sa durée dans le temps. Néanmoins, on regrette la présence d’un repose-poignets en mousse qui ne donne pas vraiment une bonne impression. Cela nous rappelle clairement certains claviers d’entrée de gamme que nous avons pu tester. Pour un Vulcan, cela fait moyen. Par contre, comme à son habitude, les effets lumineux et le RGB rendent toujours aussi bien. De plus, la marque a fait une refonte complète du logiciel Swarm qui devient Swarm II pour l’occasion, cela fait du bien de voir de la nouveauté, au moins à ce niveau-là !

Sinon, nous aurions apprécié, à ce prix, voir des touches en PBT ou bien la présence d’isolant phonique pour insonoriser le tout. En effet, à l’usage, la solution de Turtle Beach est particulièrement bruyante. D’autant que pour le même prix, la concurrence le propose (tout comme le PBT d’ailleurs). On pense à Corsair mais aussi très récemment à Logitech avec son G515.

Publicité

Turtle Beach Vulcan II TKL Pro

Toutefois, on a quand même particulièrement apprécié la présence de commutateurs dont la course d’activation est paramétrable via le logiciel de la marque. En effet, il nous sera possible de choisir entre 0,1 et 4 mm. C’est chouette ! Aussi, le format TKL est toujours aussi accessible à tous, par rapport à un clavier standard, on ne perd que le pavé numérique.

À combien trouve-t-on le Vulcan II TKL Pro ? 

Le Vulcan II TKL Pro est disponible dès maintenant aux alentours des 160 euros. Néanmoins, la concurrence est particulièrement rude sur cette gamme de prix ! Effectivement, Corsair propose son K65 Plus Wireless à 159,99 € et propose du PBT, de la mousse acoustique isolante, un clavier sans-fil et des commutateurs pré-lubrifiés d’usine… De même, Logitech vient aussi sur ce secteur de prix avec le G515. Cela se gâte pour Turtle Beach et son Vulcan II TKL Pro.

 

Pour aller plus loin :
[Tweak League] Round 2 : les optimisations de dedede223

Turtle Beach Vulcan II TKL Pro

On a aimé :

  • Les effets lumineux et le RGB toujours aussi bien réussis
  • La présence de commutateurs paramétrables de 0,1 à 4 mm
  • La refonte du logiciel Swarm II
  • Son format TKL très accessible pour la plupart
  • Qu’il soit sobre et esthétique
  • Ses finitions irréprochables comme toujours
  • La présence d’une plaque de couche en aluminium
  • Son câble gainé, fin et discret

On a moins aimé :

  • Son repose-poignets en mousse non qualitatif à mon sens
  • L’absence de touches en PBT
  • Le bruit qu’il dégage (prévoir une mousse acoustique isolante peut-être ?)
  • Son prix par rapport à la concurrence
  • Son bundle pas assez riche (un petit key-puller ou des touches en plus auraient fait la différence)
  • Le manque de nouveauté !

 

Arrive le moment de la note pour le Vulcan II TKL Pro de Turtle Beach. Ce clavier est globalement réussi, comme toujours… Mais il est peut-être là le problème. La marque nous propose la même chose ou presque depuis 2019. D’autant plus, que Turtle Beach dote le nouveau Vulcan d’un repose-poignets en mousse peu qualitatif. Toutefois, on salue quand même l’apparition de commutateurs paramétrables via le logiciel et le nouveau logiciel Swarm II. Néanmoins, pour le prix (160 euros), on regrette l’absence de touches en PBT ou le manque d’un isolant phonique pour améliorer le bruit. Sans oublier, qu’à ce prix, la concurrence proposer du wireless. Cette fois-ci, ce sera un bronze pour le Vulcan II TKL Pro.

Merci à Turtle Beach !