Polaris 650 : le retour de Chieftec

0
223

Si vous avez un long parcours dans le monde du PC, la marque Chieftec ne vous est sans doute pas inconnue. A un moment ou un autre, votre attention a due être captée par l’un de leurs boitiers.

Pour les autres, vous aurez compris que Chieftec n’est pas une marque qui sort de nulle part. Chieftec est une marque allemande qui existe maintenant depuis plus de 25 ans. Alors évidemment, mettons fin là aussi au mythe « Deutsche Qualität » puisque l’ensemble de la production de la marque est réalisée dans des ateliers chinois ou taïwanais.

En plus des châssis, la marque commercialise aussi (et c’est encore moins connu) une gamme d’alimentation. Si nous parlons aujourd’hui de « retour » dans notre titre c’est que la marque avait quasiment disparue des radars français depuis quelques années. Nous la retrouvons donc en prenant connaissance de son bloc Polaris 650W répondant à la douce référence PPS-650FC.

Polaris 650

Au sein de cette gamme, nous retrouverons 3 références disposant de caractéristiques communes : une 550W, une 650W et une 750W. L’actualité récente nous laisse penser qu’un bloc de 850W devrait venir compléter la famille rapidement.

Chieftec Polaris 650 : 100% modulaire 80+ Gold

La gamme Polaris va donc chercher à concourir sur le segment des alimentations « full modulaire » 80+ Gold : un terrain de jeu particulièrement complexe où la concurrence est rude. La certification 80+ Gold rajoute encore un cran à cette remarque et on se retrouve sur le territoire de marques comme Corsair, Seasonic voir le compatriote BeQuiet.

La fiche technique :

Polaris 650La connectique disponible :

Polaris 650 connectique

Comme pour toute bonne alimentation modulaire, on pourra simplifier son montage en utilisant uniquement la connectique nécessaire. Les possibilités offerte par Chieftec sont suffisamment intéressante puisqu’on pourra aller jusqu’à la connexion d’un Floppy.

Les options disponibles sont donc largement suffisantes et on a une longueur suffisante pour un montage propre. Une première critique apparait cependant relativement rapidement, elle concerne, ce que certains pourront considérer comme un détail, mais qui a cependant son importance sur ce choix de composants. La qualité perçue des câbles semble en retrait par rapport à ce que fait la concurrence sur cette gamme. Si nous verrons plus loin que cela n’affecte clairement pas les performances de ce bloc d’alimentation, ce genre de détails est importants pour ceux qui choisissent de se construire un PC pour ses performances évidemment mais aussi pour son esthétique et le rendu final de son montage.

Polaris 650 qualité

La conception de la Polaris 650

Le démontage de l’alimentation nous permet de voir et de comprendre sa conception.

Premier constat : le bloc est de qualité et aucune économie semble n’avoir été faite sur les composants. On remarquera le filtre d’entrée connecté sur le connecteur réseau ; il y a même un relais qui coupe la thermistance, ce qui limite le courant de charge de capacité d’entrée. Pour refroidir les éléments APFC et les transistors clés, un radiateur en aluminium classique a été choisi et placé dans la partie supérieure. Une plaque en forme de L est prévue pour les ponts de diodes. Le redresseur synchrone est refroidi à la fois par la carte de circuit imprimé elle-même et par une paire de plaques métalliques servant à dissiper la chaleur. On remarquera l’important condensateur de 680 μF avec une tension de fonctionnement de 400 V et une température de 105 ° C fabriqué par Nichicon est installé dans le circuit d’entrée. En se penchant un peu plus dans les détails, on note aussi la présence relativement importante des condensateurs Rubycon et Nippon Chemi-Con, ce qui est plutôt un signe de qualité.

Enfin, pour finir il faut s’intéresser à la qualité des soudure et là encore rien à dire avec un travaille très propre.

Il aurait été dommage d’oublier le ventilateur PowerYear PY-1225M12S de 120 mm dont le rôle est de nous amener un flux d’air. Cette petite remarque est évidemment là pour vous dire que ce ventilo ne brille pas par sa discrétion quand l’alimentation est sollicitée. Là aussi, comme pour la qualité perçue de la connectique, c’est un élément qui va venir pénaliser notre appréciation sur ce bloc d’alimentation.

Notre regard avant test :

Difficile de trouver de gros reproches à ce bloc Chieftec. Nous l’avons dit, il est particulièrement bien conçu, les composants utilisés sont de bonne qualité. Certes, on pourra regretter son ventilateur trop présent quand elle est sollicitée fortement. Le côté « cheap » des câbles amovibles de sa connectique dénotera aussi. Mais c’est clairement son positionnement qui va nous poser un réel problème.

Si on retrouve le bloc 650W régulièrement sous les 100€ sur le marché allemand, en France, cette référence est positionnée au dessus des 120€ ! Elle se retrouve donc face aux RM de Corsair. Une référence qui dispose d’une toute autre « aura » et qu’on peut même trouver en 750W pour ce prix. Au moment de décerner une note, il est difficile de ne pas prendre en considération cet élément. Mon parti pris a été de ne pas juger Chieftec à cause du positionnement français (grandement de la responsabilité des personnes qui importent et commercialisent cette marque dans notre pays). Beaucoup d’entreprises se plaignent aujourd’hui de la fuite des clients français vers le online allemand. Cette situation ne date pas d’hier et ne s’explique pas uniquement pas la différence de TVA. Si en raison de la crise sanitaire, l’Allemagne a décidé de ramener son taux principal de 19 à 16% du 1er juillet au 31 décembre 2020. Vous constaterez que l’écart n’est pas QUE là.

Contenu en rapport

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires