Intel encore dans le rouge mais…

1

Intel vient de communiquer sur ses chiffres du premier trimestre 2023. Comme attendu par la plupart des observateurs avisés, les résultats plongent l’entreprise dans le rouge. Intel accuse 2,8 milliards de dollars de pertes au premier trimestre, les pires résultats de son histoire. Évidemment, la chute du marché du PC pèse pour beaucoup dans ce mauvais résultat… Cependant, plusieurs signaux incitent les dirigeants à l’optimisme.

Intel dans le rouge au 1er trimestre 2023
Intel dans le rouge : Les pires résultats de l’histoire d’Intel…
Pour aller plus loin :
Intel lâche le business des serveurs

Intel dans le rouge : les pires résultats de l’histoire de l’entreprise

Lorsqu’il est retourné aux affaires en 2021, Pat Gelsinger avait annoncé une transformation radicale de l’entreprise qui allait engendrer des tensions, des larmes et de la sueur. Sur ce point, on peut dire qu’il a été servi. Mais le bougre avait clairement annoncé la couleur et négocié auprès des principaux associés, une période de tranquillité lui permettant de traverser la tempête sans se soucier de son avenir à court terme. Car la stratégie d’Intel est ambitieuse d’un point de vue industrielle : construire de nouvelles usines, rattraper son retard face à son concurrent taïwanais et fabriquer pour les autres. Une ambition nécessitant des investissements massifs alors que les revenus baissent. Pourtant, même catastrophiques, ces chiffres sont néanmoins supérieurs aux attentes des marchés. Ainsi, l’action Intel a grimpé et termine la séance de jeudi en hausse de 5 % environ. La raison principale est qu’Intel semble avoir atteint son point bas.

Les chiffres suggèrent en effet qu’Intel a touché le fond, et les prochains trimestres dépendront donc des dépenses des entreprises de la tech, déclare à Reuters Glenn O’Donnell, analyste chez Forrester.  Nous parions sur une hausse progressive de ces dépenses. Si le prochain trimestre devrait lui aussi s’afficher avec une perte conséquente, le rebond semble s’amorcer.

Car Intel doit lutter sur 2 fronts : d’un côté l’effondrement des ventes sur le marché du PC qui représente quasiment une bonne moitié de son activité et de l’autre une concurrence qui lui est passé devant aussi dans les serveurs. C’est sur ce dernier front qu’Intel espère reprendre l’avantage dans les prochains mois avec l’arrivée de nouvelles puces dont nous parlerons évidemment ici. Enfin, sans les bouleversements stratégiques enclenchés il y a de longs mois, Intel serait spectateur de la domination de Nvidia sur le marché des GPU, du calcul intensif lié à l’IA… Si rien n’est gagné, loin de là, les bleus se sont tout de même donnés le droit de participer à la partie.

Publicité

1 COMMENTAIRE

  1. Malheureusement d’autre constructeur dans tous les domaines sont impactés par tout ce qui se passe.

    Il va y avoir la case licenciement, et les licenciés parmi t’en d’autre consommerons moins pendant un laps de temps et ainsi de suite. Le début de la dégringolade pour la finance occidental, c’est inévitable.