Test – Asus ROG Maximus XII Extreme Z490 + vidéo

0
8805

L’architecture et le tour du propriétaire :

Les différents radiateurs :

Débutons le tour du propriétaire avec les radiateurs qui sont au nombre de quatre !
Tout d’abord, les deux radiateurs situés sur le dessus de la carte mère et qui recouvre l’étage d’alimentation. Ces deux radiateurs sont reliés par un caloduc. Le cache, disposant d’un rétroéclairage RGB et qui recouvre les connectiques arrières vient recouvrir en partie l’un des deux radiateurs. Nous sommes ici sur un système entièrement passif mais qui peut devenir actif par l’intermédiaire du ventilateur de 40 mm présent dans le bundle.

Les deux autres radiateurs, eux aussi associés par un caloduc, recouvrent pour l’un le chipset et pour l’autre une partie de l’étage d’alimentation dédié aux VCCSA/VCCIO. Ces deux radiateurs sont eux aussi totalement passifs. Celui qui recouvre le chipset bénéficie d’une surface assez importante mais d’une faible hauteur afin de permettre facilement la mise en place des cartes graphiques. On y retrouve le logo Asus ROG et un système de rétroéclairage RGB.

Une plaque en aluminium noir dont la découpe vient parfaitement s’associer avec celle posée sur le chipset, recouvre les deux emplacements pour SSD de type M.2. Vous avez aussi la possibilité d’utiliser le support vertical, présent dans le bundel, et qui peut accueillir deux SSD M.2 supplémentaires. Le nombre total de SSD M.2 peut être de quatre.

Le socket et les PCIe :

L’espace autour du socket est assez bien dégagé et sera assez facile à isoler avec de la gomme pour les tests sous LN2. Cette Maximus XII Extreme peut accueillir au maximum quatre barrettes mémoires de DDR4. Elle supporte les kits mémoires en dual channel jusque 4700 MHz+ (OC) et pour une quantité maximal de 128 GB. On retrouve deux ports PCIe 3.0 16x qui fonctionneront en x8/x8 si vous optez pour du SLI ou du CrossfireX. Le troisième emplacement est un PCIe 3.0 x4. En ce qui concerne le support du PCIe 4.0, cela devrait bien être le cas, même si rien d’officiel n’a encore été annoncé.

Petite particularité lorsque nous sommes aux alentours du socket, on retrouve un adaptateur pour waterblock qui laisse envisager la possibilité qu’Asus repropose une carte mère équipée d’origine d’un waterblock intégral recouvrant le processeur ainsi que les étages d’alimentation.

Pour alimenter tout ce petit monde, la carte dispose d’un connecteur 24 pins et de deux 8 pins à coté des étages d’alimentation. Enfin, à l’arrière se trouve aussi une plaque en acier qui assure la rigidité du PCB tout en optimisant encore le refroidissement au niveau de l’étage d’alimentation. Un pad thermique est placé sous le PCB au niveau de l’étage d’alimentation et transfère la chaleur à cette plaque d’acier.

L’écran LiveDash OLED :

Petite nouveauté avec la présence d’un écran OLED de 2 pouces situé au centre de la carte mère. Personnellement, je trouve cette position plus judicieuse que sur la génération précédente. Comme c’est le cas chez Asus, vous aurez la possibilité de modifier à votre guise ce qui est affiché une fois que vous êtes dans l’OS.

Lors du démarrage de votre configuration, il affiche les différentes séquences du boot. Afin de modifier et de paramétrer votre écran OLED, vous pourrez utiliser le logiciel Asus Armoury Crate.

Contenu en rapport

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires