AMD pourrait passer de TSMC à Samsung

1

AMD est l’un des plus gros partenaires de TSMC avec son 7 nm et il devrait continuer à peser avec le 5nm dès l’année prochaine. Cependant, les rouges ont pu constater qu’ils ne faisaient pas le poids face à la puissance financière d’Apple qui se retrouve de plus en plus privilégié par le fondeur taïwanais. Le recours à Samsung est plus que jamais d’actualité.

Samsung foundry

AMD semble donc décidé à ne plus dépendre d’un seul partenaire. Ainsi, à priori les rouges pourraient confier un processeur à Samsung en 2022. Ce dernier utiliserait le processus 4nm et serait destiné aux machines basse consommation comme les chromebooks d’après certaines indiscrétions. N’oublions pas qu’AMD et Samsung sont en affaire sur l’utilisation de RDNA dans les puces ARM de la marque coréenne.

Toujours côté CPU, AMD sera aussi à l’horizon 2023-2024 sur du 3nm de chez TSMC mais pour ses GPU, un deal avec Samsung est là aussi envisagé très sérieusement. Ainsi les futurs arrivant après RDNA3 seraient confiés au fondeur coréen alors que RDNA3 doit lui être produit en 5nm chez TSMC.

On comprend néanmoins dans cette stratégie qu’AMD ne cherche pas à quitter TSMC mais à diversifier ses sources de production pour ne pas se retrouver bloqué comme c’est le cas depuis 2 ans. La montée en puissance de Samsung dans les activités de fonderie est connue depuis maintenant plusieurs mois mais AMD semble clairement considérer cette option comme un plan B et non un basculement stratégique.

Pour aller plus loin :
Comment baisser la température de 20°c d'un Ryzen 7000 ?

En laissant la fabrication de ses processeurs pour la production de masse chez TSMC on comprend juste qu’AMD cherche maintenant à éviter de mettre tous ses œufs dans le même panier.

S’abonner
Notifier de
guest

1 Commentaire
Newest
Oldest Most Voted
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
TiTi
TiTi
8 décembre 2021 9h38

Et on oublie aussi GlobalFoundries, et ses Athlons et ses IODies pré-Zen4
(des rumeurs ont parlé cet été d’un portage Zen3/RDNA2 sur son 12nm, pour un futur Athlon Monet)