La Malaisie, nouvelle destination pour l’assemblage de puces chinoises

0

La Malaisie, nouvel eldorado des semi-conducteurs ? Si le pays ne représente que 13% dans le domaine de l’assemblage, c’est en tout cas le pays qu’a choisi la Chine pour l’assemblage de ses puces. Le pays n’étant pas soumis aux sanctions américaines, l’Empire du Milieu peut donc s’assurer d’un certain approvisionnement par ce biais !

La Malaisie, destination de rêve pour l’assemblage de puces chinoises ?

UNISEM Malaisie

Depuis quelque temps déjà, le gouvernement américain empêche la Chine de se doter de puces haut de gamme. L’objectif est d’éviter le développement du secteur de l’IA à des fins militaires. C’est la raison pour laquelle de nombreuses cartes graphiques NVIDIA sont bannies du pays.

Toutefois, un pays, il faut que ça tourne et le secteur des semi-conducteurs est devenu stratégique. C’est la raison pour laquelle des entreprises chinoises recherchent des assembleurs afin de contourner ces restrictions. Et c’est là que la Malaisie entre en jeu ! En effet, le pays dispose d’entreprises d’assemblages, de tests et de conditionnement comme UNISEM, Malaysian Pacific Industries ou encore Inari Amertron. Ces entreprises sont même capables d’assembler des puces MCM.

Publicité

Cependant, que les choses soient claires, ces entreprises se chargent simplement de l’assemblage et du conditionnement. Visiblement, ces entreprises ne se chargent pas de la production des wafers ni de la conception des puces. On voit donc ça de la manière suivante : la Chine conçoit ses propres puces, les produits et les envoie pour assemblage.

Pour aller plus loin :
TK-0 : un boîtier ITX avec panneau en verre incurvé et plaquage noyer !

D’ailleurs, ces entreprises ne craignent pas le courroux américain puisque selon John Chia président d’UNISEM, interrogé par Reuters, il s’agit de transactions « tout à fait légitimes et conformes ».

Enfin, si les entreprises chinoises se tournent vers la Malaisie, c’est pour des raisons technologiques. On apprend que les entreprises d’assemblages sont équipées de matériel sophistiqué tandis que la main-d’œuvre est expérimentée et que les coûts sont abordables. Ensuite, nous imaginons que les bonnes relations sino-malaisiennes aident également.