ARM China prend son indépendance : le casse du siècle ?

1

Alors que le rachat de la compagnie britannique par Nvidia est toujours d’actualité, la branche chinoise d’ARM vient de prendre son indépendance.

ARM Holdings perd le contrôle en Chine

Le rachat par Nvidia est toujours en cours depuis plus d’un an. Une situation engendrée par les nombreuses questions au sujet de monopoles qu’obtiendrait la compagnie en cas de succès de cette opération. Dans ce contexte, ARM china, la filiale chinoise de la marque anglaise, vient de prendre son indépendance et ne dépendra donc plus de la maison mère.

ARM china

Lors d’une conférence les 26 août, ARM china a changé de nom en 安谋科技 (Traduit en : Amou Technology), et dans le même temps a annoncé son départ. La marque compte maintenant agir seule dans la création des nouvelles IP dédiées principalement à la Chine, dans une gamme de plusieurs produits. Ces derniers seront regroupés sous le nom de  XPU, avec des NPU, SPU, ISP et VPU. Bien sûr, la marque ne s’arrêtera pas là, et créera ses propres cœurs CPU, GPU et des versions adaptées aux serveurs.

Cette situation semble très problématique sur plusieurs points. En effet, il est capital de rappeler que cette entreprise dispose depuis son origine, du droit exclusif de concéder sous licence la propriété intellectuelle d’Arm en Chine.

Le “casse du siècle” dans le monde des semi-conducteurs

Mais comment ce “vol” a-t-il eu lieu ? Cela serait dû au mauvais choix du propriétaire d’ARM : Softbank. Après l’avoir racheté pour plus de 31 milliards € en 2016, son actionnaire n’arrivait pas à en tirer de bénéfice et a commencé à chercher des moyens rapide pour gagner plus d’argent.

En 2018, lorsque Softbank, sous la pression du marché chinois décidé de vendre 51% des parts a des investisseurs locaux, l’aventure a vite basculé.

ARM china

En 2020, le CEO d’ARM china Allen Wu avait été démis de ses fonctions par ARM et le groupe d’investissement, mais la société restait malgré tout dirigée par Wu compte tenu des complexité de la législation locale. La maison mère a donc répliqué en arrêtant le transfert de nouvelles IP après le Cortex A77.

Entre plaintes contre sa propres entreprise et licenciement de cadres, Allan Wu qui est finalement resté le CEO, a drastiquement changé la compagnie pour la rendre indépendante (sans doute aidé par le gouvernement chinois). Une situation qui préoccupe certains analystes qui y voient un précédent dangereux pour les investisseurs en Chine.

Cette situation pourrait-elle rendre encore plus compliquée la vente d’ARM à Nvidia ou est-elle une partie d’un deal ( secret ? ) pour bénéficier justement du feu vert de la Chine ? Inévitablement, ce retournement que certains appelleront soit un détournement soit une prise d’indépendance, risque de conduire à la perte d’un marché de presque 2 milliards de personnes.

 

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Newest
Oldest Most Voted
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
ilyon
ilyon
30 août 2021 11h11

Prévisible pour un nombre énorme de questions essentiellement politiques: les USA ne veulent pas lâcher leur mainmise plus ou moins bienveillante sur les technologies de communication, la Chine veut son indépendance complète sur le sujet (et sur d’autres). On peut clairement dire que la Chine a bien joué son jeu depuis le mandat de Deng Xiaoping et est aujourd’hui obligé d’abattre quelques cartes, mais le jeu en valait la chandelle pour eux. Les mouvements technologiques des 10 prochaines années vont être intéressants: le tout-connecté avec abonnements multiples, massifs et couteux sera-t-il supportable par les ménages, les entreprises et surtout l’environnement,… Lire la suite »