Nvidia / Arm : pourquoi ça ne peut être que positif

4

Depuis un moment, l’information d’un éventuel rachat d’ARM par Nvidia circulait dans le petit monde des technos. Un deal énorme qui faisait rêver les uns et qui inquiétaient les autres.

nvidia ARM

Un deal choc pour l’industrie

Maintenant que l’officialisation du deal a été publiée par Nvidia et par le conglomérat japonais SoftBank, il paraît important de se poser la question de l’intérêt de ce deal. Une opération à 40 milliards de dollars, ce n’est pas quelque chose de courant. Au sein même de l’industrie, ce deal est perçu comme un véritable choc.

Un choc car la perception de Nvidia par le milieu économique est certainement sous-évaluée. Pourtant cet été, l’entreprise dépassait pour la première fois les 250 milliards de dollars de capitalisation boursière à Wall Street. Cette situation au cœur de l’été a permis au caméléon de dépasser Intel au terme d’une croissance annuelle de près de 160%.

Il faut dire que le contexte est ultra favorable à Nvidia. Si l’industrie du jeu vidéo a tiré profit du confinement, le poids du secteur gaming ne pèse plus « que » 40% dans les chiffres de l’entreprise. Le moteur de la croissance est maintenant le placement de ses puces dans les centres de données. Nvidia est maintenant clairement reconnu comme le meilleur au monde dans le « high performance computing ». Pour doper ses performances dans les centres de calcul, Nvidia a racheté Mellanox plus tôt dans l’année.

Nvidia Buys SoftBank's Arm in Record $40 Billion Chip Deal

Une force concurrente à Intel et AMD ?

Les différents régulateurs qu’ils soient américains, européens ou autres vont maintenant se pencher longuement sur ce deal. L’affaire est donc loin d’être définitivement conclue pour Nvidia car elle crispe pas mal de monde.

La première raison est le fonctionnement particulier d’ARM qui offre un modèle de licence ouverte, qui est au cœur de son succès. L’entreprise mentionne 180 milliards de puces produites par ses clients à date, une telle présence présence nécessite une neutralité à toute épreuve dans les relations commerciales.

La guerre commerciale en cours entre la Chine et les USA va aussi impacter les perspectives d’ARM. Il y a peu, beaucoup d’entreprises chinoises se sont désengagées du X86 au profit d’Arm… Si les licences chinoises pour ARMv8 sont garanties, les futures conceptions du nouvel ARM le sont moins, car Nvidia est une société basée aux États-Unis.

https://www.ft.com/__origami/service/image/v2/images/raw/https%3A%2F%2Fs3-ap-northeast-1.amazonaws.com%2Fpsh-ex-ftnikkei-3937bb4%2Fimages%2F_aliases%2Farticleimage%2F7%2F2%2F6%2F7%2F29557627-1-eng-GB%2F1600852588645220.jpg?source=nar-cms

Un CPU Nvidia une fois le deal validé ?

On peut se laisser aller et se dire qu’après tout, Intel tente bien de faire un pivot opposé afin de ne pas perdre pied dans les centres de calculs et accessoirement d’arriver sur le marché grand public. On se dit aussi que l’avenir de nos PCs uniquement en x86 n’est pas irrémédiablement gravé dans le marbre. Le patron de Nvidia répond ainsi :

Pour aller plus loin :
Nvidia recycle les RTX 3070 Ti défectueuses en RTX 3060

« Désormais, avec notre soutien et celui d’ARM […] nous sommes en mesure de concevoir des processeurs pour serveurs. Maintenant, certaines personnes voudraient obtenir une licence pour les cœurs et construire elles-mêmes une unité centrale. Certaines personnes peuvent décider de prendre une licence pour les cœurs et nous demander de construire ces processeurs ou de modifier les nôtres. Il n’est pas possible pour une entreprise de construire toutes les versions de ces processeurs.

Cependant, nous aurons tout un réseau de partenaires autour de Arm qui pourront s’appuyer sur les architectures que nous leur proposerons et, en fonction de ce qui leur conviendra le mieux, que ce soit la licence des cœurs, la fabrication d’une puce semi-personnalisée ou la fabrication d’une puce que nous aurons faite, toutes ces options seront disponibles […]. Nous sommes ouverts aux propositions et nous voudrions que l’écosystème soit aussi riche que possible, avec autant d’options que possible ».

En gros, cela veut dire « toutes les options sont possibles ». Mais la route pour Nvidia sera longue. Cependant, à partir de maintenant AMD et Intel savent qu’un nouveau danger existe et qu’en plus d’être un concurrent pour eux, il peut tout simplement remettre en question leur existence même.

La « beauté » de la concurrence

La petite musique sur la fin du x86 résonne depuis des années mais avec le basculement d’Apple et cette acquisition d’ARM par Nvidia, Intel et AMD ont de quoi s’inquiéter.

Mais ils ne sont pas les seuls car d’autres pourraient voir Nvidia arriver… dans les puces mobiles. On pense notamment aux GPU Adreno (une ancienne filiale d’AMD rachetée par Qualcomm en 2009) qui équipent majoritairement les solutions au détriment des GPU Mali, propriété d’ARM.

Bref, c’est paradoxalement ces incertitudes et cette pression qui devrait amener une vraie remise en question de certains et un vent de fraicheur en terme d’innovations. Nous sommes suffisamment critique avec Nvidia pour pouvoir dire qu’objectivement, c’est peut-être encore grâce à ce bougre de Jensen que les choses vont bouger.

Jen-Hsun Huang forcé de s'exprimer sur le cas des GeForce GTX 970

S’abonner
Notifier de
guest
4 Commentaires
Newest
Oldest Most Voted
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Vins
Vins
28 septembre 2020 15h18

Du coup c’est quoi le x86 dans le détail ? Quels sont les différences avec ARM et pourquoi c’est moins bien ?

Jack
Jack
28 septembre 2020 17h24
Répondre à  Vins

ce n’est pas moins bien, les performances vis a vis de la conso des puces ARM est monstrueuse, c’est l’architecture qui est différente.

Cela change la façon dont travaille les puces et dont elles font les calculs.

Helion
Helion
28 septembre 2020 22h20
Répondre à  Jack

“x86” est une référence a un jeu instruction obsolète (en comparaison d’ARM, PowerPC…) mais toujours nécessaire pour faire tourner Windows (Microsoft est ridiculement très attaché au x86). Donc pour parer à l’obsolescence par rapport aux jeux d’instructions plus efficaces tout en restant compatible Windows, depuis Pentium 1 les instructions x86 ne sont plus exécuté tel que mais converties en instructions modernes avant d’être exécuté. Cette conversion est efficace mais coute de l’énergie, c’est pourquoi les processeur x86 basse consommation resterons toujours désavantagés fasse aux ARM ou d’autres qui n’ont pas cette étape supplémentaire. Voila pour ce qui est du fondamentalement… Lire la suite »

Vins
Vins
29 septembre 2020 14h27
Répondre à  Vins

Merci à vous deux ! Effectivement c’est un peu ridicule de la part de Windows de forcer sur ce principe.