Intel n’est pas encore mort, loin de là

0
1137

Intel vient de publier ses résultats pour Q4 2019 :

Les chiffres communiqués par Intel ces dernières heures, pour son 4 ème trimestre 2019, dépassent les attentes des analystes les plus optimistes.

La croissance des revenues est significative sur quasiment tous les segments où le fondeur est présent. Alors évidemment si le segment PC retient particulièrement notre attention, il faut se rendre à l’évidence que le géant américain équilibre particulièrement bien son business au terme d’une année 2019 où il a fait profil bas.

Pour l’année écoulée, les revenues ont atteint un niveau record de 72 milliards de dollars : une augmentation de 2 % par rapport à 2018 (le quatrième trimestre est en hausse de 8% par rapport à l’année dernière). C’est clairement grâce à son activité pour les datacenters que le groupe californien tire son épingle du jeu. Néanmoins quasiment tous les secteurs de l’entreprise sont en croissance. L’activité PC, qui constitue encore l’essentiel de ses revenus, a affiché une croissance de ses ventes de 2% à 10 milliards de dollars. Le niveau est là aussi supérieur aux prévisions du marché qui les voyaient à 9,74 milliards.

L’autre donnée importante concerne le cash flow (excédent de trésorerie) : Intel a généré 9,9 milliards de dollars de liquidités d’exploitation alors que son concurrent, malgré d’excellents résultats, en est encore à rembourser une dette conséquence accumulée pendant ses années de disette.Intel Q4 2019

S’il est désormais acquis qu’Intel est confrontée à des problèmes de production aigus qui devraient se prolonger sur 2020 voire même 2021, l’entreprise semble mieux résister que prévu. Dans sa communication aux analystes, Intel indique clairement qu’il ne compte pas abdiquer dans la bataille sur les CPU PC face à AMD. La société prévoit d’augmenter de 25% sa capacité de production de wafers pour 2020 afin de répondre à la demande croissante du marché des PCs.

25% d’augmentation des capacités de production et une politique tarifaire agressive.

Cependant, compte tenu de la roadmap d’AMD, il semble évident que cela ne suffira pas pour rependre des parts de marché. Les produits en 10 nm devraient pointer le bout de leur nez sur la seconde partie de l’année 2020 alors que le 7 nm est lui envisagée sur la fin 2021. L’entreprise continue de défendre son process de fabrication en arguant que son 10 nm est au moins équivalent au 7 nm TSMC et qu’il sera donc très compétitif face aux Ryzen actuels et à venir dès cette année.

Le dernier aspect concerne la trésorerie disponible. Intel ne fait plus mystère aujourd’hui sur la manière dont il va l’utiliser. Même si rien n’est officiel, de nombreux signaux (y compris sur la fin de l’année 2019) confirment qu’Intel va être beaucoup plus agressif sur sa politique tarifaire dans les mois à venir.

Si ce changement de stratégie tarifaire ne se manifestera peut-être pas sur les prix des CPU au détail, il semble évident qu’Intel va en quelque sorte « acheter » des parts de marché en concédant aux gros OEM et marques des rabais substantiels.

Il faudra donc particulièrement surveiller la deuxième partie de l’année en cours avec quelques secousses à prévoir sur les prix mais aussi l’arrivée de nouvelles générations de CPU ainsi que l’entrée sur le marché des GPU. Dans sa communication aux analystes, Intel s’est montré particulièrement confiant pour cette année à venir…

Contenu en rapport

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires