[LN2] Asus Crosshair VIII Impact et Ryzen 3600X

0
936

Il me restait une petite dizaine de litres d’azote dans mon dewar, je ne pouvais par conséquent pas les gaspiller. J’ai donc décidé d’installer le Ryzen 3600X sur l’Asus Crosshair VIII Impact afin de voir comme celui-ci allait se comporter. Voici la configuration utilisée pour cette petite petite session sous froid :

  • Carte mère : Asus Crosshair VIII Impact (bios 0050) (test)
  • Processeur : AMD Ryzen 3600X
  • Mémoire : 16 GB GALAX HOF OC LAB 4400 MHz C19 Water Cooling (test)
  • Carte graphique : MSI GT710
  • Système de refroidissement : godet Kingpin Cooling T-Rex + adaptateur AM4
  • SSD : Samsung 970 EVOplus M.2
  • Alimentation : Super Flower 1600W
  • Système d’exploitation : Windows 10 64 bits (version 1909)

Étape 1 : une bonne isolation

Isolation Crosshair VIII Impact LN2Qui dit test sous azote liquide, dit d’office, une bonne isolation de la carte mère et des composants sensibles. Au vue du format réduit de la carte, l’isolation va être quasiment complète. L’entièreté de l’arrière du PCB sera recouvert de gomme à fusain. Il existe plusieurs techniques d’isolation mais mon choix s’est porté sur celui-là. La zone autour du socket et des emplacements mémoires a elle aussi été isolée de cette façon. J’ai dû par contre démonter le radiateur recouvrant les étages d’alimentation ainsi que le chipset car celui-ci m’empêchait de fixer mon godet.

Étape 2 : un godet CPU

Les plus connus à l’heure actuelle sont sans aucun doute ceux réalisés par Kingpin Cooling. C’est d’ailleurs le modèle T-Rex que j’ai utilisé durant les tests dont le prix est affiché à 329$. C’est un budget assez conséquent, mais sachez qu’il est possible de trouver des godets d’occasion à partir d’une centaine d’euros. Comme vous pourrez le constater sur les photos, j’ai utilisé l’adaptateur AM4 pour le T-Rex. Je vous parlerai bientôt du godet ECO de Bartxstore dans le cadre d’un tuto sur l’utilisation de la glace carbonique.

Étape 3 : l’azote liquide

Livraison d'azote liquideL’élément indispensable pour l’overclocking extrême ! Le prix de l’azote liquide varie d’un distributeur à l’autre et peut se monnayer de 1 à 8 euros le litre. N’oubliez pas que vous aurez aussi besoin d’un dewar afin de le conserver. Il est déjà aussi possible de bien s’amuser avec de la glace carbonique. Comme plusieurs d’entre vous semblent vraiment intéressés, je vais me procurer une dizaine de kilos afin de réaliser un petit tuto sur son utilisation.

Personnellement, je m’en procure chez Flandres Azote qui a une couverture de distribution assez large sur la Belgique et le nord de la France.

Étape 4 : c’est parti !

Comme à chaque fois, je vous conseille de préparer un profil bios stable et opérationnel avant de débuter les tests sous froid. Dans mon cas, c’est par exemple, d’avoir pré-réglé mon kit mémoire GALAX à 4800 MHz en 14-13-13-28 et le FCLK à 1566 MHz. Sous froid, le FCLK est beaucoup plus limité qu’en air ou sous watercooling.

Sous LN2, je suis parti d’une fréquence de 4.7 GHz pour le 3600X avec une tension de 1.50 volt et une température de -50°C sur la Crosshair VIII Impact. Voici un tableau vous indiquant les différentes fréquences, tensions, résultats et température lors du benchmark.

Tableau des résultats du Ryzen 3600X sous LN2

Tout a bien débuté jusqu’au moment où je suis arrivé à une température de -150°C. Je me suis retrouvé confronté à un « cold bug » en relation avec le FCLK très certainement.
Celui-ci se manifeste par un reboot de la configuration ou un écran figé et donc, l’obligation de redémarrer la configuration. Si celle-ci accepte un reset, ouf, je ne suis pas obligé de réchauffer le godet à -115°C, si par contre, je dois éteindre ou passer par le bios, il faut redescendre obligatoirement la température aux alentours de -115°C. Cette température correspond au « cold boot ». Il s’agit d’une température au-delà de laquelle la carte mère refuse de démarrer.

Malgré la modification des tensions, la diminution du FCLK,… je ne suis jamais parvenu lors de cette première session à descendre en température plus bas que -150°C.
Le meilleur score obtenu est donc de 2125 points à Cinebench R15 à 5300 MHz.

Ryzen 3600X sous LN2 avec la Crosshair VIII Impact

Le mot de la fin :

Je reste sur ma faim. J’aurai espéré pouvoir bencher « full pot » mais ce ne sera pas pour cette fois. De plus, il me restait réellement dans mon dewar un peu plus de 8 litres, ce qui était largement insuffisant pour investiguer plus longtemps sur ce « cold bug ».
L’Asus Crosshair VIII Impact s’est parfaitement comportée sous LN2 et même malgré l’absence d’un radiateur sur le chipset/étage d’alimentation. Elle confirme donc tous le bien que je pensais déjà d’elle ! Pour rappel, mon test complet se trouve ici, un test qui lui avait permis d’obtenir un award gold !

N’hésitez pas à nous poser vos questions si certaines zones d’ombre subsistent ou si vous désirez avoir plus d’informations sur certains éléments. Prochaine session sous froid, ce sera avec le godet ECO de Bartxstore pour la réalisation d’un tuto glace carbonique !

 

Contenu en rapport

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires