Test : ROG Strix Z590-E Gaming Wifi

0

L'overclocking CPU :

Protocole :

Avant de débuter, il est nécessaire d’avoir un ou plusieurs scores de référence avec notre i9-11900K aux fréquences stock, c’est-à-dire, sans avoir réalisé aucune modification si ce n’est, avoir activé le profil XMP. Il est aussi très important d’avoir à portée de main une feuille qui va vous permettre de noter tous les tests que vous allez réaliser ainsi que les résultats ou échecs. Personnellement, j’ai des centaines de feuilles de mes tests sur lesquelles il m’arrive de retourner afin de savoir comment s’était comporté le processeur sur telle carte mère ou dans telle condition de tests. Ma petite bible à moi.

Pour de l’overclocking H24, il faudra bien sur prendre plus de temps pour affiner la tension afin de lui fournir le minimum nécessaire mais aussi de régler chaque cœur indépendamment si vous désirez profiter du max du max des performances.

Load-Line Calibration :

Comme vous pouvez le voir, la tension de départ est plus élevée qu’habituellement. En effet, j’opte souvent pour 1.20 volt alors qu’ici nous partons directement avec 1.40 volt.
Le vdroop est assez conséquent même en choisissant un Level 4 au niveau du BIOS, celui recommandé par Asus. Vous pourrez voir dans le tableau ci-dessus les différences entre la tension choisie, la tension au repos et la tension en charge.

Mes deux compères, Kansaï et Vertex, ont été confrontés à la même constatation. Il faudra donc être très attentif à ce point. La ROG Maximus Z590 Apex possède un atout majeur avec la présence de points de tension directement sur le PCB ce qui me permet de facilement faire des relevés. Ici, ce modèle d’entrée de gamme n’en dispose pas bien entendu, comme c’était aussi le cas sur la Hero.

Overclocking sous watercooling en étapes :

Comme à mon habitude, je vais débuter les tests en choisissant, via le BIOS, une fréquence de départ appliquée sur les 8 cœurs de cet exemplaire du i9-11900K. J’ai opté pour une fréquence de départ de 5000 MHz avec un coefficient multiplicateur de 50, un BCLK de 100 et une tension de 1.40 volt.

Pour aller plus loin :
Test : Sapphire RX 6600 Pulse Gaming 8 GB

L’idée est ensuite, dans l’OS, de tester la stabilité sur plusieurs runs de Cinebench R15 multithread. Si c’est stable, j’augmente la fréquence d’un palier de 100 MHz tout en revérifiant la stabilité. Si le benchmark crashe, j’augmente la tension par palier de 0.05 volt afin de retrouver une stabilité permettant d’exécuter le benchmark. L’objectif est de se faire assez « rapidement » une idée de la fréquence max benchable.

Il est aussi très important d’avoir un score de référence sous Cinebench R15 en prenant soin de noter aussi la tension (vcore), la température max lors du benchs, la consommation ainsi que bien entendu, le score obtenu. Durant le benchmark, la fenêtre de Core Temp est ouverte ce qui a une légère incidence négative sur le score. Voici nos différents résultats.

Ces résultats nous amènent à plusieurs constatations.
Tout d’abord, ce i9-11900K voit sa consommation grimper en flèche par rapport à la génération précédente. Par défaut, son score est équivalent à celui obtenu à 5100 MHz. Logique, puisque par défaut, avec ABT activé, les 8 cœurs en multi-threads sont à cette fréquence. Il est donc intéressant de modifier manuellement la tension afin de faire diminuer sa température ainsi que sa consommation.

Même si le gain n’est pas très important dans Cinebench R15, le fait de pouvoir atteindre 5300 MHz sur les 8 cœurs est une excellente chose même si par rapport à l’APEX, j’ai du augmenter légèrement la tension pour être stable à partir de 5200 MHz.
Voyons maintenant ce que va nous réserver l’overclocking mémoire avec cette nouvelle fonction de désynchronisation entre le contrôleur mémoire et la fréquence mémoire.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires