Test : Powercolor RX 6950 XT Liquid Devil

1

Powercolor RX 6950 XT Liquide Devil :

L’architecture :

Cette Powercolor RX 6950 XT Liquid Devil est la première carte que nous testons et qui fait partie du refresh d’AMD. Elle bénéficie toujours de l’architecture RDNA2 mais se distingue par le nom de sa puce qui est ici une « XTXH ». Il s’agit d’une puce « triée » qui dispose d’une plus haute fréquence Boost. C’est la troisième carte qui dispose de cette puce que nous accueillons au labo. Nous avions déjà pu tester la Powercolor RX 6900 XT Red Devil Ultimate et dernièrement la MSI RX 6900 XT Gaming Z Trio.

Cette RX 6950 XT bénéficie donc d’une puce graphique Navi 21 XTXH avec un process de fabrication en 7 nm réalisé par TSMC. La taille de la puce est très imposante avec ses 519 mm², ce n’est pas pour rien qu’elle est surnommée « Big Navi ». La puce dispose de 26,8 Milliards de transistors. Cette RX 6950 XT dispose par rapport à la puce de la RX 6800 XT, de 100% des unités activées et d’un bus mémoire intégral. À la page suivante, nous vous expliquerons par l’intermédiaire des captures GPU-Z où se situent les différences avec la version RX 6900 XT.

Le bundle :

Comme vous vous en doutez, la boite est assez imposante, avec des dimensions de 380 x 295 x 120 mm. L’ouverture se fait via le bas afin de découvrir l’intérieur et de quoi est composé le bundle qui équipe cette carte. On retrouve tout d’abord une feuille cartonnée reprenant les infos et les caractéristiques de cette version. Une fois celle-ci ôtée, on découvre une première boite portant comme référence « Liquid Devil Dye Pack ». Il s’agit d’une série de 3 bouteilles de colorants afin d’opter pour la couleur qui vous convient le plus. Vous pourrez ainsi colorer le liquide de votre boucle de refroidissement. Il s’agit d’un kit comparable au EK-CryoFuel Dye Pack.

Ensuite, Powercolor met à votre disposition quelques accessoires, une clé Allen de 6 mm ainsi que deux bouchons nécessaires lors de l’installation de votre boucle de refroidissement. Le waterblock disposant de 4 possibilités de connexion, et n’ayant besoin que d’une entrée et d’une sortie, il faudra en verrouiller deux. Nous reviendrons en détails sur ce point lors de l’installation de la boucle de refroidissement liquide.

Enfin, on retrouve une carte vous invitant à rejoindre le club privé des possesseurs d’une carte graphique Powercolor ainsi que le guide d’installation. La carte graphique se trouve sous le bundle, parfaitement protégée par une mousse prédécoupée afin de garantir sa livraison chez vous dans les meilleures conditions.

Pour aller plus loin :
Le retour des Nvidia GTX avec une 1630 ?

 

Le refroidissement :

Cette version « Liquid Devil » dispose d’origine d’un waterblock chargé de tenir au frais le GPU, les puces mémoires ainsi que l’étage d’alimentation. Le waterblock est un modèle de la marque EK et customisé pour l’occasion par Powercolor. Une grande partie du maze interne est dissimulée par le logo « Devil » et on retrouve en bas en droite le logo de EK. Celui-ci bénéficie d’un rétro-éclairage RGB paramétrable via le logiciel Devil Zone RGB. Par défaut, la carte s’illuminera en rouge.

Un switch sur le dessus de la carte permet d’opter soit pour le BIOS « OC » soit pour le BIOS « unleash » que l’on pourrait traduire par déchainer ! Lors de la mise sous tension de la carte nous regarderons dans GPU-Z, la différence entre ces deux BIOS même si nous savons déjà celui que nous utiliserons. Par défaut, c’est le BIOS « OC » qui est sélectionné.

Dernièrement, nous avons testé la ROG RTX 3090 Ti Strix LC OC. Ce modèle débarque avec un système de refroidissement de type AIO déjà préinstallé. Dans le cas de figure de cette version « Liquid Devil », c’est l’acheteur qui devra la concevoir. Comme nous avions déjà fait pour le test du waterblock Alphacool Eisblock Aurora Acryl GPX-N RTX 3090 HOF, nous avons opté pour l’AIO Alphacool Eisbaer Extreme Liquid CPU Cooler 280, que nous avions testé sur le site de notre confrère de Vonguru.

Powercolor a doté aussi son modèle d’une backplate dont le rôle est de rigidifier le PCB et éviter qu’il ne se torde. Il existe entre le PCB et cette dernière, une espace suffisant pour assurer une bonne circulation de l’air.

 

Les connectiques :

Pour alimenter la carte, on retrouve trois connecteurs 8-pin. AMD recommande l’utilisation d’une alimentation de 1000 watts pour votre configuration si vous optez pour une RX 6950 XT. Enfin, sachez que la carte dispose, au niveau des sorties vidéos de trois DisplayPort 1.4a ainsi que d’un port HDMI 2.1.

Enfin, l’utilisation d’un waterblock permet à ce modèle de ne prendre l’épaisseur que de deux slots, l’idéal pour les espaces réduits.

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Newest
Oldest Most Voted
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
jango_0
jango_0
18 mai 2022 13h46

merci pour ce test mais il y a une erreur en souligné je pense, vous avez mis 6750 au lieu de 6650 ^^
et enfin 8 GB pour la RX 6750 XT.”