Test : Mountain Everest Max

0

Test

Test – La prise en main

Une fois sortie et branché, on remarque assez rapidement la modularité du pavé numérique et du Media dock, qui peuvent être mis à gauche ou à droite, avec une certaine aisance puisque nous pouvons le faire à une main et même durant l’utilisation. Une possibilité intéressante car parfois nous n’avons pas besoin d’un pavé numérique quand on joue (par exemple) et on peut avoir besoin de plus de place pour la souris.

Autre point important, la possibilité de faire une inclinaison par palier avec des petites cales magnétiques qu’on met dans les coins sous le clavier (cela tient vraiment très bien).
Le repose poignets est assez confortable et rapide à enlever et à remettre si besoin.

 

Le design

Étant donné que la partie brossée de l’alu n’est pas uniforme, cela donne un aspect non fini, ce qui est dommage vu la qualité du reste.

Pour rappel, à l’arrière, nous avons plusieurs canaux pour faire passer un câble USB. Par défaut, on va le mettre en haut, mais il est possible de le faire passer à droite comme à gauche, mais aussi en bas. Je pense que c’est utile quand on branche un autre câble USB au clavier, car oui, il fait aussi office de hub (plus une rallonge, car il y a une seule prise) avec une sortie USB type-A, qui se trouve sur la tranche supérieure du clavier.

 

Les commutateurs

De base, sur notre sample, il y a des commutateurs de la marque Cherry plus précisément des MX Red. Nous avons dans le bundle 5 type de Cherry MX :  MX Brown, MX Red, MX Blue, MX Silent Red et enfin des MX Speed Silver.

Cette intention d’envoyer avec le clavier chacun des switchs possibles de chez Cherry est agréable pour savoir si l’on aime, ou même pour faire un changement sur une seule touche, et ainsi donner une autre sensation lors de l’appui sur cette dernière (barre d’espace par exemple).

Ce clavier étant bâti sur des Cherry MX, il n’y aucun problème pour faire le changement de switches et ainsi changer radicalement la qualité de la frappe. Pour tester la compatibilité, nous avons tenté de mettre des switches YOK Mint Pandas et cela fonctionne très bien. De plus, il ne faut pas oublier que tous les outils pour enlever les keycaps, et les switches sont fournis.

Le bruit

Pour ce test, nous avons mis les cinq switches côte à côte sur les touches A, Z, E, R et T dans cet ordre, MX Blue, MX Red, MX Silent Red, MX Brown et MX Speed Silver.

MX Blue
On entend bien le clic reconnaissable du Blue avec cet effet de retenue.

MX Red
Bien plus léger et direct sur l’appui, on entend encore la frappe en fin de course.

MX Silent Red
Bien plus souple que le Red simple, il est aussi plus silencieux. Tant mieux, c’est le but. Mais nous pouvons sentir une légère retenue plus forte que le Red simple.

Pour aller plus loin :
Test : Corsair MM700 3XL RGB

MX Brown
Le classique et celui de base quand on ne sait pas vers quoi se tourner. C’est un commutateur qui est fait un mixte de tous les autres. Le son est un peu plus métallique. Cela doit être dû au fait qu’il est reposé sur le châssis aluminium du clavier.

MX Speed Silver
Moins de bruit métallique que le Brown, mais plus sont rapides que le Red.

Le RGB

Bien entendu, le clavier est RGB avec une LED paramétrable par touche. Mais il y a aussi de l’éclairage entre les deux plaques d’aluminium. Un détail qui donne quelque chose de très « smooth » et agréable sur un bureau.

Le logiciel

Ce soft est pratique d’utilisation et de mise en place. Par exemple, pas besoin de créer un compte, comme c’est le cas chez certains concurrents. Néanmoins, il y a pas mal de choses à revoir, comme par exemple l’ergonomie, quand on veut sélectionner une icône pour l’afficher sous la touche.

Pour pouvoir enregistrer une macro, il faut choisir la fonction puis une seconde zone apparait pour faire ce que l’on souhaite. Soit la lier à un programme, ou même une combinaison de touche. Il est aussi possible de faire des sous-répertoires ou de permuter entre les profils. Cela donne vraiment une multitude de possibilités sur uniquement 4 touches.

 

 

 

 

 

 

 

Pour la partie RGB, il a 8 effets possibles, cela va de la vague à la réactivité lors de l’appui sur la touche. La personnalisation est plutôt restreinte, car on ne peut pas choisir plus de 2 couleurs différentes. Par exemple, on veut faire une vague de couleur, ce n’est qu’une couleur unique. Ce qui fait qu’il n’y a que la couleur choisie qui passera et le reste est noir. Soit en double couleur, c’est-à-dire, que le noir précédemment, est remplacé par la seconde couleur choisie. Pas de dégradé possible. Et pour finir on à le mode “arc-en-ciel” avec toutes les couleurs.

Concernant le paramétrage de la vitesse, on touche là quelque chose de plus personnel. La vitesse minimum reste trop rapide…Mais cela reste subjectif. Concernant la luminosité, c’est ON ou OFF et pas entre les deux, et quand c’est en OFF, on ne voit rien, autant dire qu’on reste sur la luminosité à fond constamment.

Il est possible de mettre des informations comme l’horloge mais aussi l’information de l’utilisation du CPU en pourcentage. Toutefois, si on utilise ces dernières, impossible de faire une macro dessus. On perd donc malheureusement une touche. Comme par exemple, mettre la vue de l’utilisation du CPU en direct, chose qui est très utile quand on est en stream ou même en jeu. Mettre le gestionnaire des tâches en cliquant dessus reste malheureusement impossible. En espérant pouvoir tout de même le faire avec une mise à jour dans le futur.

S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires