Test :

La prise en main :

Cette Model O de Glorious PC Gaming Race est une souris de taille respectable. De facto, on pourra la prendre comme bon nous semble, néanmoins, pour les petites mains, le finger grip ne sera pas la prise la plus aisée. D’après nous, la prise en claw grip reste la plus adaptée pour ce modèle. En effet, l’index et le majeur viennent se placer directement au bout des clics droits et gauches tandis que la paume de la main vient se placer au niveau du pommeau de la souris.

La prise en palm grip (main à plat) est également très agréable et ce, grâce aux 12.8 cm de longueur de cette référence. Nous sommes bien loin de ce que la Kone Pure Ultra pouvait proposer à ce sujet.

De même, nous avons ici une prise non guidée contrairement à la Kone Pure Ultra (encore une fois). La Model O propose simplement un renfoncement latéral sur les deux côtés au milieu de sa longueur. Ainsi, le pouce viendra se positionner naturellement sous les boutons latéraux sur le côté gauche. L’annulaire quant à lui, se place sur le côté droit juste au niveau du départ du liseré RGB. L’auriculaire se positionnera plus naturellement en arrière, plus vers le renfoncement de droite.

La position des divers boutons reste des plus classique. Les boutons latéraux s’atteignent facilement en levant simplement le pouce. Idem pour celui des DPI qui se retrouve toujours placé derrière la molette. Cette référence profite également d’une petite diode d’indication des DPI (dont la couleur est personnalisable via le soft)… Mais sa position n’est clairement pas des plus pratiques puisqu’elle se retrouve sous la Model O. Cette position contraint donc l’utilisateur à regarder sous sa souris pour savoir sur quelle sensibilité est réglé le mulot. Une diode juste derrière (ou devant) le bouton DPI aurait été plus pertinent.

La molette propose un revêtement en caoutchouc qui accrochera bien le doigt. A l’usage, les crans restent bien marqués et le défilement est fluide. Nous avons ici quelque chose de similaire à la M65 RGB Elite de Corsair. Les dernières Roccat que nous avons eu, disposent d’une molette dont les crans sont plus marqués, mais le défilement est plus dur, plus accrocheur. A ce sujet, nous préférons la molette des Kain.

Au niveau des boutons, Glorious se fournit chez Omron et ça se sent sous les doigts… Du moins, pour les clics droits et gauches. La course est courte, nette, bref, que demander de plus ? Cependant, pour les boutons latéraux, le constat est légèrement différent puisque ces derniers offrent un feeling plus mou. Certains peuvent ne pas aimer. Disons que ça tranche nettement avec le feeling des boutons principaux.

Comme nous vous le disions dès la première page de ce test, la Model O est un poids plume. Cette dernière affiche un poids très contenu de 67 gr, ce qui la positionne pile en face de la Kone Pure Ultra testée ici. Dans les faits, ce gramme de plus ne se ressent pas et on retrouve toujours ce feeling de souris ultra light. Cependant, la Model O se distingue de sa rivale de chez Roccat de part sa taille plus importante.

A l’usage, on aura aussi un meilleur feeling avec la souris de Glorious. Cette dernière procure une meilleure sensation de solidité. Cela est surtout lié au bruit des clics qui ne sonnent pas creux (mais on y reviendra). La taille joue également, idem pour les matériaux employés qui nous semblent de meilleure qualité, bref, c’est un tout.

Les matériaux de la souris :

Concernant les matériaux, comme dit en seconde page, la souris est construite dans un matériaux plastique noire et légèrement granuleux. Ce dernier à pour avantage de ne pas marquer les traces de doigts contrairement au soft-touch habituellement employé par d’autres. On pense surtout aux dernières souris Roccat que nous avons testé, un enfer. Alors certes, dans l’absolu ce n’est pas le matériau le plus doux néanmoins, on s’affranchit de cet effet de souris grasse après usage. Un excellent point pour les maniaques de la propreté !

Toujours en lien avec la propreté, la structure en nid d’abeilles risque de poser soucis dans le futur. Effectivement, plus de trous équivaut à plus d’endroits où la saleté peut se loger… A voir dans le temps.

Au niveau du câble, Glorious dote sa Model O d’un cordon « Ascended Cord » de 2 m de long. Cela fait toujours 20 cm de plus que la plupart des modèles que nous avons eu entre les mains. De plus, la seconde particularité de ce câble reste sa souplesse. Dans les environnements avec peu de place, ce dernier oppose peu ou pas de résistance. Néanmoins, petit bémol au niveau de l’esthétisme puisque l’on a l’impression que le câble flotte dans sa gaine. A ce sujet, on aurait aimé une gaine peut-être un peu plus serrée, quitte à ce que ça impacte un peu la souplesse de l’ensemble.

Le RGB :

L’éclairage de cette Model O est selon nous très réussi. La souris affiche alors trois zones éclairées : deux liserés latéraux et une dernière au niveau de la molette. Sur ce modèle, le RGB est vif, mais le rendu de certaines couleurs pèchent un peu. Sur notre exemplaire, nous avons un jaune qui tire un poil trop vers le orange ou un blanc virant sur le rose pâle.

Malgré tout, contrairement aux Roccat Kain, Kone Pure Ultra, voire certaines Corsair, l’éclairage se voit ! Même avec la main à plat sur la Model O, les liserés latéraux restent apparents. Enfin un RGB dont on profitera quand on se sert du matériel.

En revanche, petit regret au niveau de la personnalisation. Le logiciel ne permet (pas encore ?) la gestion de l’éclairage zone par zone. Ainsi, si l’on sélectionne un effet via l’utilitaire de la marque, ce dernier s’applique à l’ensemble du mulot.

Le bruit des Switchs :

Au niveau du bruit, les commutateurs Omrons restent assez audibles sur ce modèle et particulièrement le clic gauche. Le clic droit de son côté est un peu plus feutré, plus discret. Néanmoins, une chose est sûre, le bruit émit par la Model O reste plus agréable à l’oreille que celui généré par la Kone Pure Ultra de Roccat. L’ensemble de la souris sonnant moins creux que la rivale allemande. Enfin, on constatera que les scrolls de la molette passent inaperçus ou presque et que les boutons latéraux se font oublier.

Le capteur optique et la glisse :

Comme à notre habitude, nous utilisons cette souris à 2100 DPI ce qui reste largement suffisant selon nous. A l’usage, le capteur propose un excellent feeling puisqu’il se veut réactif et ne décrochera pas, même si vous faites tout pour.

Concernant la glisse, les patins G-Skates font un excellent travail sur un tapis type tissu comme le MM350 de Corsair. La glisse est fluide est sans accrocs. En revanche, dès que l’on passe sur un tapis rigide comme le MM1000 Qi, la sensation est bien différente. Alors certes, la glisse est parfaite, il n’y aura aucune retenue, néanmoins, les patins ne parviennent pas à filtrer le grain du tapis, sans parler de la glisse qui sera bruyante. Une situation radicalement opposée à ce que l’on peut avoir avec la M65 de Corsair où les patins filtrent le grain et où la glisse reste relativement silencieuse.

Contenu en rapport

Page: 1 2 3 4 5

Voir commentaires

Partager
Publié par

Publications récentes

[Bon plan] Le Pack Corsair pour 599,99€ chez Rue Du Commerce !

Un pack Corsair composé de moniteur, clavier, souris, tapis de souris, casque, fauteuil, le tout pour moins de 600€ chez…

13 janvier 2020

CES 2020 : Alta F1, un nouveau boîtier à 90° chez Silverstone !

Malgré que le CES ait fermé ses portes Vendredi dernier, les actualités concernant le salon vont continuer d'affluer pendant quelques…

13 janvier 2020

Hyper Quad M.2 : ASRock propose aussi son AIC PCIe 4.0 !

On reste dans le domaine des AIC, mais on poursuit, cette fois-ci, avec ASRock. Tout comme Asus, ASRock annonce également…

13 janvier 2020

CES 2020 : La carte Hyper M.2 x16 d’Asus passe au PCIe 4.0 !

De son côté, Asus met à jour son AIC, la fameuse Hyper M.2 x16. Pour rappel, il s'agissait d'une carte…

13 janvier 2020

CES 2020 : Cherry présente ses commutateurs abordables Viola

Il y a du nouveau dans le monde des commutateurs pour claviers mécaniques. Effectivement, le CES était l'occasion pour Cherry…

13 janvier 2020

CES 2020 : un prix pour la carte graphique EVGA RTX 2060 KO

EVGA a profité du CES pour dévoiler une nouvelle carte graphique assez surprenante. Nous pouvions nous attendre à voir débarquer…

11 janvier 2020