Intel accumule les pertes dans ses fonderies mais tente de rassurer

0

Intel a présenté ses chiffres ces dernières heures en utilisant une nouvelle méthode de présentation isolant notamment son activité foundry IFS. Et autant être franc, la louable ambition d’Intel de donner un maximum de visibilité sur ses activités a jeté un coup de froid sur la bourse. Pourquoi ? Tout simplement à cause d’une nouvelle méthodologie de reporting isolant chacune des activités de l’entreprise. Ainsi, la communication financière se fera en éclatant les chiffres sur les divisions suivantes :

  • La division « produits », regroupant ses processeurs grand public, ses équipements pour centres de données et l’IA ainsi que ses matériels pour réseaux et edge .
  • La division « Intel Foundry » qui regroupe les métiers de fonderie de puces, une activité récemment lancée et qui concentre les investissements massifs de l’américain.
  • La division « Autres activités » qui englobe la filiale de puces programmables Altera mais aussi son entité israélienne consacrée à la conduite autonome, Mobileye.

Intel foundry perte

Le chantier colossal d’Intel

Cette méthode a permis de mettre en lumière les lourdes pertes de l’américain sur l’activité foundry…Mais pouvait-il en être autrement ?

Si l’activité est maintenant comptablement autonome, elle continue de payer les erreurs stratégique du passé et surtout elle n’engrange pas encore les nouveaux contrats annoncés il y a quelques temps. Dans sa course pour rattraper son retard technologique, Intel, dans ces chiffres annoncés, ne peut se nourrir que de la production de ses propres puces. Une activité où l’entreprise est sous la pression d’AMD notamment depuis quelques années.

Publicité
Pour aller plus loin :
Trident Z 5 Royal Neo : de la mémoire 8000 MT/s compatible AMD EXPO

Mais Intel et son bouillant PDG en sont persuadés : ils ont fait le plus difficile. Grace à son plan ambitieux, les bleus pensent pouvoir regagner leur leadership dans l’industrie des semi-conducteurs. Dans les prochains mois, plusieurs contrats signés cette année vont venir alimenter les fonderies d’Intel et faire passer dans le vert la division de fabrication de puces. Elle compte aussi sur la situation géopolitique pour ramener dans son giron d’autres géants américains comme Nvidia ou Apple.